Selon le quotidien Libération, l’ancien gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Sergio Cabral, l’accuse d’avoir acheté des voix, d’un montant deux millions de dollars, afin de s’assurer que cette ville balnéaire du Brésil soit élue ville hôte des Jeux Olympiques 2016.

L’argent aurait été transféré par un entrepreneur Brésilien, Arthur Soares, qui est un homme de confiance de Pape Massata Diack. Il accuse aussi Carlos Nuzman, président du Comité olympique brésilien, d’être au courant de ce versement de pots-de-vin : « Nuzman est venu me voir pour me dire qu’il voulait me parler du président de l’IAAF, Lamine Diack, est ouvert aux avantages aux pots-de-vin. »

Pour rappel, le Parquet national financier (PNF) de France a demandé un procès contre Lamine Diack et son fils Papa Massata au cœur d’un système de corruption présumé pour retarder des sanctions contre des athlètes russes pour dopage.