Figure emblématique de la décolonisation, David Diop s’est fait surtout remarqué pour son amour débordant envers ses origines africaines. De père sénégalais et de mère camerounaise, le célèbre auteur est reconnu comme un militant engagé des indépendances africaines. Alors qu’il entend rentrer de ses vacances administratives pour regagner le Sénégal, David Diop va être victime d’un crash d’avion le 29 août 1960 aux larges de Dakar alors qu’il n’avait que 33 ans.

De son vrai nom David Mandessi Léon Diop, l’homme est né le 9 juillet 1927 à Bordeaux. Très vite, il deviendra un des pionniers de la lutte anticoloniale. Contrairement à Léopold Sédar Senghor qu’il vénère pourtant, David Diop choisit la dénonciation de la colonisation comme principal thème d’écriture. Son plus célèbre poème, « Afrique, mon Afrique » en est une parfaite illustration.
Décrit par certains comme poète de la radicalité, David Diop décide de répondre à l’appel de Sékou Touré lancé aux intellectuels africains après l’indépendance de la Guinée en 1958. Ainsi va-t-il servir comme enseignant en Guinée. Pour donner un sens à ses idéaux politiques, le poète intègre le Parti Africain de l’indépendance (P.A.I).

Après la proclamation de l’indépendance du Sénégal, le 20 août 1960, David Diop décide de retourner au pays. Il monte à bord du vol 343 Air France avec 54 autres passagers et 8 membres de l’équipage. A cause des conditions météorologiques hostiles, l’avion s’écrase aux larges des côtes du Sénégal, aucun survivant. Le corps de David Diop est repêché et inhumé au cimetière catholique de Bel-Air à Dakar. Mais ses manuscrits disparaissent, on ne les retrouvera jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here