Endettement: Le Sénégal sur une pente dangereuse

0
113

Les partenaires techniques et financiers ne cachent pas leurs inquiétudes par rapport à l’endettement. Après l’alerte du FMI, c’est au tour de l’ Agence Américaine de notation Moody’s d’émettre ses inquiétudes surtout en cette période de coronavirus où l’économie sénégalaise est fortement affectée.

« Les perspectives négatives reflètent les risques associés à la charge de la dette relativement élevée de l’administration centrale, que Moody’s s’attend à atteindre environ 65% du PIB en 2021, contre 56% en 2019 et 325% des revenus. Le choc du coronavirus exacerbe une tendance à la hausse du fardeau de la dette qui a commencé avant le choc ». C’est en ces termes que ladite Agence américaine  de notation a  révélé ses craintes

Selon elle, la tendance observée  de faibles niveaux de richesses réduit les capacités de faire face aux chocs. Ce qui augmente les risques et oblige ainsi le gouvernement à plus de mesures de soutien. Autrement, le pays pourrait s’endetter davantage pour aider l’économie.

« Le faible PIB par habitant, à environ 3900 dollars en 2019 (en termes de PPA), indique une base de revenu imposable limitée pour porter le ratio impôts / PIB au niveau cible de 20% (environ 17% avant la pandémie) au cours des trois à cinq prochaines années… », soutient Moody’s.

En plus, prévient l’agence américaine de notation, tout retard dans l’assainissement budgétaire «rendrait le fardeau élevé de la dette du Sénégal vulnérable à de nouveaux chocs ».

Par ailleurs, bien avant Moody’s, c’est le Fonds monétaire international (Fmi) qui avait exprimé, en premier, sa préoccupation, le 17 juillet 2020, lors de la revue du programme économique du Sénégal. En fait, le Sénégal connait, en 2020, un déficit budgétaire de 6,1% du Pib, loin des 3% définis par les critères de convergence de l’Uemoa. Quelle sera la réaction de nos autorités qui soutiennent encore que l’endettement du Sénégal est soutenable ?