» Notre cher Sénégal est à la croisée des chemins puisqu’il est secoué par des scandales financiers, le recul de la démocratie, une tentative infructueuse de confisquer les libertés. Ces manquements criards inquiètent et interpellent tous les observateurs avertis du landerneau politique sénégalais… », tel est d’emblée le cri du cœur des membres du front de l’opposition composé du Grand Parti, Rewmi, Bokk Gis Gis, Agir, du Pds, Pastef etc.

 » Nous ne pouvons pas rester indifférent face à ce sursaut national qui réclame toute la lumière sur la signature des contrats gaziers et pétroliers. Le président Pape Diop, avait donné l’alerte par rapport à la façon dont ces contrats sont négociés. Aujourd’hui, la situation est alarmante puisque c’est le frère du président qui est cité dans cette affaire à milliards… », a martelé la responsable politique de Bokk Gis Gis, Diarra Diaw.

Prenant la parole, Mbaye Sarr, le coordinateur de Rewmi à Kaolack, d’enfoncer le clou.  » Il ne fait pas l’ombre d’un doute que ce gouvernement est prêt à user de tous les moyens pour museler l’opposition sénégalaise. Dès lors, une marche est prévue le 27 juillet prochain. Dans l’immédiat, nous restons intransigeants… ».

Baye Kébé du Grand Parti, quant à lui, a rappelé les exigences.  » La transparence dans la gestion de nos ressources naturelles, l’implication impartiale de la justice, le respect scrupuleux du calendrier électoral, la révision à la baisse de la caution à l’occasion des locales… »

À noter que les militants de Pastef, Agir,  et des karimistes se sont relayés au micro pour emboucher la même trompette…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here