Solide et appliquée, la Tunisie a logiquement pris le meilleur sur Madagascar ce jeudi (3-0). Les Aigles de Carthage rejoignent les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations, où ils affronteront le Sénégal.

Tandis que la Tunisie espérait bien arracher une première victoire dans cette CAN et rallier le dernier carré, Madagascar, de son côté, avait des rêves plein la tête et nourrissait, logiquement, d’immenses ambitions au regard de son parcours historique pour sa première parmi les grands du continent. Mais voilà, les Malgaches ont vite été rattrapés par la réalité. Les Aigles de Carthage, eux, se sont réveillés, sonnant enfin la charge. Et si les ouailles de Nicolas Dupuis répondaient présent dans le premier quart d’heure animé, les troupes d’Alain Giresse déroulaient, doucement mais sûrement, leur partition la plus aboutie depuis leur entrée en lice. Alors que les présences entre les lignes de Youssef Msakni et Wahbi Khazri apportaient de la fluidité et de la consistance à l’animation offensive tunisienne, Ferjani Sassi, lui, allumait la première mèche. Mais sa frappe fuyait le cadre (13e). Les prémices d’une domination sans partage.

Msakni, encore lui, faisait vivre un calvaire à l’arrière-garde adverse, en se faufilant moult fois dans la surface. Le capitaine tunisien aurait même pu obtenir un penalty, mais l’arbitre ne bronchait pas (35e). Quelques instants auparavant, c’est Khazri, sur un amour de coup franc, qui obligeait le gardien des Barea, Melvin Adrien, à s’employer splendidement, en détournant le cuir sur sa barre transversale (32e). La domination tunisienne se faisant de plus en plus pressante – en témoignent la reprise de Taha Khenissi (41e) et la frappe puissante de Ghaylen Chaaleli (42e), Madagascar, asphyxié et assiégé, pliait, mais ne rompait pas. Du moins, pas encore…

Une Tunisie à sa main, enfin

Parce qu’au retour des vestiaires, les Tunisiens continuaient sur leur lancée. Alerté par Yassine Meriah, Khazri pensait enfin trouver la faille et montrer la marche à suivre à ses partenaires. Mais le Stéphanois, en position de hors-jeu, voyait son but être invalidé (46e). Ce n’était que partie remise, puisque Sassi, bien aidé par le malheureux Thomas Fontaine, plantait enfin le pion libérateur (1-0, 52e). Acculés, les Malgaches ne parvenaient plus à ressortir de leur camp, peinant à trouver des circuits de relance énergiques. Et derrière, la Tunisie ne tardait pas à punir de nouveau les errements adverses. Bien servi par son capitaine, Khazri tentait sa chance. Mais le portier adverse veillait au grain. Néanmoins, Msakni, dans la foulée de cette parade, reprenait la sphère et l’expédiait au fond des filets (60e).

Le break était fait et la Tunisie, affamée, manquait même l’opportunité de plier l’affaire pour de bon. Oussama Haddadi, d’abord, sur un face-à-face (81e) et Naïm Sliti, d’une frappe lointaine (90e), loupaient le coche. Qu’importe, puisque ce même Sliti parachevait le joli succès des siens d’un astucieux piqué du pied droit (3-0, 90e + 3). Emballé, c’est pesé. Sérieuse et appliquée, la Tunisie s’est enfin offerte une promenade de santé et se lance, définitivement, dans sa CAN. Il était temps, direz-vous. Prochain col à gravir dimanche, face à l’ogre sénégalais, dans la première demi-finale des Aigles de Carthage depuis leur succès en 2004. Madagascar peut, quant à lui, sortir la tête haute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here