Au XVIIème siècle, le Cardinal de RETZ écrivait dans ses mémoires : « il sied encore plus mal à un ministre de dire des sottises que d’en faire ». Mais pour ma part, le fait de débiter à satiété des bêtises est d’égale valeur que la sottise qui s’incruste chaque jour dans l’action d’une personne à qui l’on confie de hautes responsabilités.

Cet exercice peu honorant est devenu, malheureusement, votre sport favoris, monsieur le Directeur de la DER, Pape Amadou SARR. Je tiens avant tout à préciser que ce n’est pas avec gaieté de cœur que je m’incline devant tant de pressions intérieures qui m’obligent à exprimer publiquement mes regrets vis-à-vis de votre manque d’égard pour l’ANPEJ.

Les « caprices de la fortune » et les prétendus privilèges dont vous jouissez ne devraient en aucun cas justifier la désinvolture avec laquelle vous traitez vos « collaborateurs », étant donné que vous assumez une mission de service public. Serait-ce le budget qui vous a été alloué ou le fait que la DER soit logée à la Présidence qui vous ferait monter la tête ?

Je vous entends parfois, non sans une profonde amertume, jeter le discrédit sur le service public d’emploi du Sénégal, un « corps » administratif auquel vous appartenez vous-même, hélas !
Mais diantre ! D’où vous vient cette arrogance ?

Vous semblez ignorer que vos tristes déclarations et piètres agissements irritent plus d’un, et sèment une regrettable exécration de votre personne dans le cœur des acteurs qui occupent les
mêmes responsabilités que vous au sein des instances chargées de l’emploi des jeunes.

Rappelez-vous. Lorsque vous avez été porté à la tête de la DER, vous avez trouvé sur place des structures et agences qui s’activent avec rigueur et engagement à résoudre la lancinante question du chômage des jeunes, que le Président de la République a placée au cœur de ses priorités.

Pourquoi avoir donc persisté dans votre gestion autarcique, alors que c’est l’éprit d’équipe qui doit animer tout responsable dont le souci premier est la réussite du programme gouvernemental ?
Vous savez, ce que vous êtes parle autant que ce que vous dites (je me permets cette distorsion de la fameuse phrase du Psychologue américain Ralph Waldo EMERSON).

Dans vos nombreuses farces, vous avez d’abord essayé de nous mettre de la poudre aux yeux en nous invitant à certaines de vos réunions et ateliers. Mais votre mesquinerie, reflet de votre nature véritable, est revenue au galop car, avec suffisance, vous nous traitez de « loosers » en public à chaque que vous en avez l’occasion.

Tout le monde sait que vous vouliez chapeauter l’ANPEJ pour nourrir vos fantasmes de « maître absolu ». Vous disiez à qui veut l’entendre que nous étions non seulement « lents », mais qu’en plus, nous sommes un « doublon » de vos prérogatives. Oui monsieur Superman, vous êtes « si rapide » que vous financez à tout va… Mieux/pire (selon le degré de l’ironie) vous soutenez que la Plateforme des femmes « And Jeego » aurait déjà perçu 150 millions de CFA, alors qu’il n’en serait rien, selon les informations qui circulent. Simple
oubli ou une fanfaronnade supplémentaire ?

M. Amadou Sarr, savez-vous que celui qui ignore ce qui se passe dans sa propre structure ne saurait en savoir plus sur les instances qui ne sont pas sous sa direction ? Contrairement à vous,
l’ANPEJ peut se glorifier d’avoir une ligne de financement conséquente, sans compter des projets et programmes structurants devenus opérationnels sur tout le territoire national. Il est évident que vouloir se distinguer n’est pas un crime.

C’est même utile ! Mais il faut le faire dans le respect de l’autre. Malheureusement, M. SARR, vos sorties intempestives me donnent peu d’espoir sur votre volonté réelle de cultiver ce respect vis-à-vis de ceux qui sont censés être vos Collaborateurs. Puis-je vous demander d’arrêter d’entretenir ces contradictions qui consistent à soutenir par ici que vous travaillez avec l’ANPEJ, et de l’autre, à souhaiter sa disparition ? À l’allure à laquelle vous « dérapez », il n’est pas étonnant de vous entendre dire, fièrement, que vous avez financé des activistes qui passent leur temps à ternir l’image du Président de la

République. Non M. le délégué général, vu les responsabilités que vous occupez, vous n’avez pas le droit de tomber si bas. Si tant est que notre objectif à tous soit d’œuvrer pour la mise à l’emploi de notre jeunesse, le travail solidaire, sincère et l’implication permanente des différentes structures ne devraient souffrir d’aucun obstacle.

Il est une leçon que vous ne devez jamais oublier, M. SARR : l’efficacité d’une action ne se mesure pas au bruit qu’elle fait ou que l’on lui fait faire. Plutôt que d’activer des querelles ou d’étaler votre ignorance/arrogance, travaillez à accomplir le rêve des jeunes sénégalais. En ce qui concerne notre structure, nous nous attelons, avec notre nouveau Dg à qui nous souhaitons plein succès, à préserver son image et à travailler sans relâche pour accomplir les missions qui sont les siennes.

Mame Diarra

Chargée de programme à l’ANPEJ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here