« Macky fait exprès de laisser les Sénégalais douter sur un éventuel troisième mandat », selon Me Abdoulaye Babou. Le président de Alliance Pour l’Alternance (Alal) s’est entretenu avec le quotidien l’As. Après avoir donné son impression sur la situation du pays qui, juge-t-il, stagne, Me Babou, le premier à avoir soutenu le 3e mandat de Me Wade, en tant que fin connaisseur de la stratégie de Macky, inspirée de Wade-père, estime que le président Macky Sall est l’unique responsable de la polémique autour d’un éventuel 3e mandat présidentiel.

Le pays « stagne »

« On a l’impression que le Sénégal stagne depuis l’élection présidentielle de 2019. Au plan politique, il n’y a rien de nouveau, en dehors du débat autour d’un éventuel troisième mandat du Président Macky Sall. Au plan économique, c’est la même situation. Pourtant, le Président Macky Sall avait dit qu’il allait engager son Pse 2 parce qu’il avait obtenu des bailleurs de fonds plus qu’il n’en avait besoin pour financer ce programme. C’était avant la présidentielle. Mais après l’élection et avec la suppression du poste de Premier ministre, on a l’impression qu’encore tout stagne« , analyse l’avocat.

Pour Me Babou, « Macky Sall n’est pas Zorro, donc il ne peut pas être au four et au moulin. Qu’on le veuille ou non, ce sentiment de stagnation habite tous les Sénégalais. La question que l’on se pose est de savoir quand le Sénégal va sortir de cette étape difficile? Dans le secteur économique, tout va mal. Même les opérateurs économiques éprouvent d’énormes difficultés pour se faire payer leurs créances de la part de l’Etat. C’est dire que cette morosité est ressentie par tout le monde. Le Président Macky Sall doit savoir que les Sénégalais ont besoin d’être boostés« .

3e mandat : Macky, « premier responsable de la polémique »

Lors de cet entretien avec nos confrères, Me Babou est revenu sur le débat concernant le troisième mandat. « Le Président Macky Sall ne veut pas qu’on parle de troisième mandat. Mais à y voir de très près, il est le premier responsable de cette polémique… », estime-t-il.

Me Babou, précurseur du 3e mandat de Wade…

« Je vous rappelle que j’ai travaillé, plaidé et soutenu le troisième mandat de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade. Pourquoi? Parce qu’il y avait une brèche. On pouvait interpréter comme on veut les dispositions de l’article 27 de la Constitution. Aujourd’hui ça y est, c’est passé. Mais une fois élu président de la République en 2012, Macky Sall avait la possibilité de régler définitivement ce problème de l’article 27. Est-ce qu’il l’a fait ? Eh bien non, il n’a rien fait ! Cela dit, il y a eu une révision de l’article 27 de la constitution. N’empêche, l’ambiguïté est restée« , regrette le juriste.

Article 27: Doute et possibilité d’interprétation « voulu exprès » (par Macky)

Et de poursuivre: « On nous sort l’alinéa 1 en disant que la durée du mandat présidentiel est de cinq ans. On ajoute dans l’alinéa 2 que nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. Encore une fois, le doute et la possibilité d’interprétation sont laissés à tout un chacun. En son temps, le Président Abdoulaye Wade avait ses juristes comme moi qui avaient interprété l’article 27 avec l’ouverture d’un troisième mandat. Mais le Président Macky Sall, lui aussi, a laissé cette ouverture à la possibilité d’interprétation. C’est voulu et fait exprès« .

Comment clore le débat ?

En droit, « dès qu’on ouvre la porte à une interprétation, chacun peut s’y engouffrer. Et chacun a le droit de défendre sa thèse avec des arguments, comme moi j’avais défendu la thèse d’un 3e mandat du temps d’Abdoulaye Wade. Maintenant, le Président Macky Sall ne peut interdire qu’on parle de cette question. Les gens vont en parler jusqu’en 2024. En guise de solution, Macky Sall a la possibilité de reprendre l’article 27 par une révision constitutionnelle, soit par voie référendaire ou parlementaire. Qu’il reprenne l’article 27 pour l’écrire clairement. Il devra juste dire qu’il prend des mesures transitoires, en précisant que le premier mandat du Président de 2012 à 2019 constitue le premier mandat. Dès lors, 2019-2024 sera alors son second mandat. Mais Macky Sall fait exprès de laisser les Sénégalais douter sur un éventuel troisième mandat« .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here