Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Moussa Baldé, accompagné de l’ambassadeur du Sénégal en France, Magatte Sèye, a effectué une visite du stand du Sénégal au salon de l’Agriculture à Paris. Occasion saisie par Moussa Baldé pour féliciter les organisateurs notamment l’Union nationale des chambres de commerce du Sénégal, et le ministère de l’Agriculture qui ont offert aux visiteurs une vitrine du Sénégal.
« L’agriculture cultive l’émergence »
Devant les acteurs du secteur de l’agriculture présents au salon parisien de l’Agriculture, Moussa Baldé d’indiquer d’emblée que le « beau stand » dans lequel il a été accueilli, « permet de voir le Sénégal et le made in Sénégal. Et de faire vivre le Sénégal durant tout le salon ».
Face à la presse, le ministre de l’Agriculture soulignera les résultats obtenus par le Sénégal dans le secteur agricole avec la fin de la phase 1 du Pse. A ce propos, il a mis en exergue les axes déclinés dans le cadre du Pracas (Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise) qui dit-il, « a vu la production de notre agriculture se multiplier par 4, par 5 pour beaucoup de spécialités : le riz, l’arachide et d’autres. Nous allons garder le cap, faire en sorte que l’agriculture sénégalaise soit une agriculture productive qui permet la sécurité alimentaire ; une agriculture qui permet d’exporter comme nous avons vu avec l’horticulture et tous les gens qui exposent ici. Mais une agriculture qui permet de donner à nos jeunes des emplois décents et durables, qui porte la croissance et cultive l’émergence ».
Quid du programme d’autosuffisance alimentaire, « Le Sénégal a multiplié entre 2014 et 2019 sa production par 4. Il ne reste qu’à la multiplier par 2 et nous avons les arguments pour y arriver », enchaîne Moussa Baldé.
Interrogée sur la Sonacos et les difficultés liées à la dernière campagne agricole, il dit espérer que la Sonacos va jouer pleinement son rôle. La Sonacos, « C’est notre entreprise qui a été privatisée. Grâce au président Macky Sall, nous avons pu récupérer cet outil important de notre industrie de transformation de l’arachide. Elle est en restructuration, elle doit progresser. Avec le nouveau Directeur général, nous sommes en train de travailler pour permettre à cette société de se moderniser et de jouer pleinement son rôle », annonce-t-il.
Le président de l’Union nationale des chambres de commerce, Serigne Mboup, cheville ouvrière de la participation sénégalaise avec ses équipes, a loué le partenariat entre les secteurs public et privé et souligné la confiance que le ministère de l’Agriculture accorde à leur secteur.