L’alerte a été donnée le 16 janvier dernier à 16 heures 30 minutes. Le Centre de gestion des urgences environnementales (Cgue) a reçu une déclaration relative à une pollution aux hydrocarbures sur la plage de Thiaroye-Sur-Mer, dans le département de Pikine (Dakar).

« Dès réception de cette déclaration, la Direction de l’environnement et des établissements classés (Deec) et la Section de l’Environnement de la Gendarmerie nationale ont effectué un déplacement sur le site pour la confirmation de l’incident signalé et la mise en place de mesures d’urgence », ont d’emblée, fait savoir, les services du ministère de ministère de l’Environnement et du Développement durable, ce mercredi.

Des actions d’urgence, indiquent-ils, dans un communiqué, ont été menées, notamment le balisage de l’espace contaminé et la coordination avec les autres acteurs concernés (les autorités administratives et locales, la Haute autorité pour la Sécurité maritime, la Sureté maritime et la Protection de l’environnement marin (Hassmar), et la Société africaine de raffinage ‘’Sar’’).

Après investigation, il a été constaté que la partie de la plage impactée couvre une superficie d’environ 150 mètres carrés à l’intérieur de laquelle une dizaine de points d’écoulement d’hydrocarbures a été notée. Les renseignements pris auprès de la Sar ont permis de définir la nature des polluants. Les investigations se poursuivent.

Toutefois, la cellule de communication dudit ministère a informé sur les mesures urgentes prises pour atténuer la pollution et prévenir les risques sur la population.

« Les structures de l’Etat concernées travaillent en synergie sur le renforcement des mesures de sécurité pour le contrôle et la sécurisation de la plage par la Gendarmerie comme convenu lors de la visite de l’autorité administrative, la mise à disposition d’un personnel de sécurité compétent en matière de lutte contre un sinistre, l’interdiction de l’accès de la zone de plage pour protéger les populations, la mise en place d’un dispositif pour arrêter la pollution de la mer et le suivi environnemental pour déterminer les impacts sur le milieu», a-t-elle listé.

Dans le cadre de l’exercice de sa mission de prévention et de lutte contre les pollutions et les nuisances, le ministère de l’Environnement et du Développement durable « appelle la population à la vigilance et au respect des mesures de sécurité éditées pour la circonstance, notamment l’arrêt systématique de la baignade aux alentours de la zone impactée ».