Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, attaqué de tout bord par des affairistes et politiciens, ayant la soif de gloire et une envie d’être portés au triomphe, se montrant parfois, très audacieux, a tout compris. Son esprit de discernement et sa perspicacité, ainsi que sa finesse dans la lecture des faits juridiques et sa compréhension ou maîtrise des textes du droit sénégalais, constituent des blocages à la gymnastique de ses pourfendeurs. Portrait non autorisé… 

La peur n’est pas dans le lexique du Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye. Rien ne l’ébranle… ni les attaques injustifiées, ni les critiques infondées et moins, les provocations. Les intentions voilées de se faire arrêter des hommes politiques, très en verve, il s’en moque. Conscient que certains d’entre eux, s’attaquent à sa personne pour juste, se faire arrêter pour occuper les devants de la scène politique.

Se voulant d’avoir du sang neuf ou un nouveau souffle, Serigne Bassirou refuse de satisfaire cet espoir à ces moins calibrés de l’espace politique sénégalais. Certains leaders politiques, pressés par nature de prendre le contrôle des affaires publiques se reconnaîtront… Le Procureur a bien compris l’envie de victimisation de certains qui s’attaquant au quotidien avec ironie à sa personne. Une fois, arrêtés ils bénéficieront gratuitement, de l’affection d’une masse électorale ou de citoyens simples.

Serigne Bassirou Guèye, en magistrat aguerri, ayant croisé dans son parcours professionnel, une multitude de personnalités très rusées dans leurs approches et méthodes de persuasion, à l’esprit alerte pour décrypter au fort intérieur de ces derniers. Cette aptitude rare et ses capacités d’anticipation ont fait de lui, l’homme de la situation. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Serigne Bass, dirige et pilote ses dossiers avec maîtrise et les diligente sur la base des principes du droit.

Son nom s’inscrit en Lettre d’or dans la catégorie des magistrats déterminés abnégation, ayant marqué la consécration de l’ère des jeunes juges. Sa volonté et sa connaissance des dossiers, l’ont facilité sa progression professionnelle pour occuper une place centrale, une des plus hautes responsabilités judiciaires. D’après ses pairs ou aînés de sa corporation, l’enfant de Thilmakha Mbakol, région de Thiès, techniquement bien outillé, respecte de manière scrupuleuse, les règles déontologiques de sa fonction.

Certains proches, évoquant sa localité de naissance dans le cœur de la royauté du Cayor, estiment que Serigne Bassirou Guèye, ne pourrait pas manquer de courage. Digne fils de cette localité, il sera toujours, dans une dynamique d’affronter les embûches et autres obstacles sur son chemin. La bravoure de par ses origines, précise-t-on, est dans son sang…

Ainsi, à titre de rappel, le successeur d’Ousmane Diagne à ce poste, est sorti du Centre de Formation Judiciaire (CFJ) en 1998. Titulaire d’un Diplôme d’études appliquées (DEA) de droit, option « droit public », il prépare actuellement une thèse en droit constitutionnel.

Proche de ses 50 ans, Serigne Bassirou Guèye a été Substitut du Procureur de Dakar, Auditeur à la Cour Suprême, Substitut général à la Cour d’Appel de Dakar, Procureur de Tambacounda. Et de son retour à Dakar, il a occupé le poste de Substitut du Procureur à la Cour d’Appel, avant d’intégrer, en qualité de Conseiller technique n°1, le Cabinet de l’ancienne Garde des Sceaux, Aminata Touré. C’est après un Conseil supérieur de la magistrature, constate-t-on, que Serigne Bassirou fut désigné Procureur de la République.

Professionnel rigoureux du droit et homme de conviction

Occupant ce poste, Serigne Bass a trouvé qu’il n’y a plus rien à attendre pour mener avec rigueur et professionnalisme sa nouvelle mission dans les règles de l’art. Alors, il s’est attaqué aux dossiers sensibles, appelés « Toucher-couler ». Mais, déterminé, il a fait parler de sa personnalité et de son courage, en tenant une conférence de presse sur l’affaire Aida Ndiongue, suite à la découverte d’une valeur en argent et en bijoux de 47 milliards FCfa dans des coffres de la Compagnie bancaire de l’Afrique Occidentale (CBAO). Ses services avaient découvert à l’époque ces montants astronomiques, supposés mal acquis.

Du coup, le Procureur, attaqué dans les médias devient une cible à faire fléchir. Mais, inflexible et insensible face aux multiples lamentations ou échanges de bornes fontaines aux goûts insipides et fades. Serigne Bassirou a poursuivi et diligenté ce dossier qui a fait beaucoup de bruit. Des avocats et affairistes, l’accusaient de « violation du secret de l’instruction », dans cette affaire. Mais, d’anciens Magistrats, appréciant parfaitement, son engagement à faire jaillir la vérité, considéraient qu’il a remis en cause les intérêts de personnes assez puissantes et coupé court à l’activité illicite de malintentionnés. D’après eux, Serigne Bassirou Guèye est très inflexible sur l’application des lois.

Quelle que soit la gravité des faits et des charges retenues contre des prévenus, il prend minutieusement le temps de bien cerner l’affaire. Et, inébranlablement, il fera face. « C’est un homme de conviction et de sérail, fort mentalement et bien préparé à la tâche. Serigne Bassirou Guèye connaît son métier jusqu’au bout des ongles », témoignent des avertis d’affaires judiciaires.