Accusé de surfacturation de 21 millions de dollars : le Dg de la Senelec, Papa Mademba Bitèye dément et recadre Cheikh Yérim Seck

0
22

«La surfacturation de 21 millions de dollars convertis en commissions, évoquée par le Cheikh Yérim Seck dans son livre intitulé : ‘’Macky Sall face à l’Histoire’’, n’existe pas». La réplique a été faite par le directeur général de la Société nationale d’électricité (Senelc), Papa Mademba Bitèye. Il a profité du lancement officiel du démarrage des travaux d’électrification de 2000 villages au Sénégal, dans le cadre du Programme d’accès universel à l’électricité (PAUE), au village de Keur Babacar Mbaye, dans la commune de Fandène, région de Thiès, pour démonter les arguments tenus par l’auteur du livre.

«Le journaliste Cheikh Yérim Seck s’est trompé par rapport à la surfacturation de 21 millions de dollars dont il a fait état dans livre, parce que quand il a eu ces informations, il aurait pu mener des enquêtes, et à mon avis, la première étape de l’enquête aurait pu être de demander : ‘’quel est le contrat qui lie les différentes parties’’, parce que dans ces gens d’opérations tout est régi par un contrat. Comme on le dit dans notre jargon, c’est ce contrat-là qui constitue la loi des parties», s’insurge le dg de la Senelec.

«Les informations dont dispose M. Seck, nous les avions reçues et quand on les met dans le contrat, on se rend compte qu’il n’y a rien. Le journaliste d’investigations aurait pu m’appeler, venir à mon bureau, je lui aurais expliqué, mais malheureusement, il n’a pas poussé l’enquête et voilà ce qui arrive. Mais, aujourd’hui, dans tous les cas, pour ce qui nous concerne, à la Senelec, le contrat qui nous lie à la société en question est très clair et le moment venu, toutes les lumières seront apportées pour éclairer la lanterne des Sénégalais», précise-t-il.

A l’en croire, «Cheikh Yérim s’est trompé parce qu’il a disposé d’informations mais n’a pas fait l’enquête nécessaire pour disposer du contrat qui régit les relations entre les parties. Une enquête au niveau de la Senelec, ça doit commencer par moi qui suis le Directeur général, mais malheureusement, il ne m’a pas appelé, il n’a pas demandé à me voir et il n’a pas parlé, non plus, dans son livre, du contrat d’achat d’énergie qui réglemente les relations entre Senelec et cette société».