Akilee, au-delà des compteurs intelligents (Par Mansour Samb)

0
179

Victor Gorom NDIAYE (PMC : Plan Yessal), Mouhammadou Mactar Cisse (Sénélec) et Amadou Ly (INES). Ces hommes ne sont pas sortis du néant.

Victor Gorom Ndiaye est un sénégalais qui, au-delà de son pays, participe à la transformation des économies africaines. Je l’ai connu par l’intermédiaire du Premier Ministre Abdoul MBAYE.

J’avais travaillé à l’APIX au temps du président Wade. Quand le Président Macky SALL prit le pouvoir en 2012, j’avais réfléchi sur un projet de vulgarisation de l’action gouvernementale à travers les quatre ministères phares du gouvernement : Economie et finance, Agriculture, Energie et Infrastructures. A l’époque M. Abdoul MBAYE était premier Ministre.

Accompagné d’une équipe avec laquelle j’avais eu à partager mon projet, nous avions tenu des réunions de présentation du projet avec M. Abdou Latif COULIBALY porte-parole du gouvernement de l’époque et de M. Seydou GUEYE secrétaire général du gouvernement de l’époque. Des rencontres techniques furent aussi organisées à l’époque avec les conseillers techniques de ces quatre ministres : Khadija Bousso (économie), Bachir Fofana (agriculture), Alassane MBENGUE (Energie) et infrastructure (Latir MANE). Ce projet n’avait pas abouti faute de suivi officielle et par la suite le Premier ministre Abdoul MBAYE avait été démis de ses fonctions.

Après sa sortie du gouvernement, une rencontre avait eu lieu entre le Premier Ministre Abdoul MBAYE et moi, à ma demande. On avait beaucoup discuté et il m’avait parlé de son projet de mise en place d’un Club de Réflexions sur les politiques publiques et m’avait invité à la rejoindre. C’est dans ce Club de Réflexions appelé Club Travail et Vertu (CTV) que j’ai connu Victor Ndiaye fondateur du cabinet PMC depuis 1995.

On était tous membres du Club avec les Abdoul Mbaye, Felwine Sarr (Economiste), feu Lamine NIANG (chambre de commerce Dakar), Cheikh Tidiane Mbaye (Sonatel), Victor NDIAYE (PMC). Je me souviendrais toujours du discours de Victor Ndiaye sur l’Afrique lors du lancement du club à l’hôtel Téranga en 2014.

Victor Ndiaye est fondateur de Performance Management Consulting (PMC) qui est un Cabinet panafricain de conseil en stratégie et organisation. Son terrain de chasse est l’Afrique et il rêve d’une Afrique pensée et construite par des Africains.

L’Afrique a toujours été victime des programmes pensés au niveau des « laboratoires » occidentaux. Dans cette Afrique où dans les années
70 à 80, l’expérience des politiques publiques d’inspiration occidentale avait mal tournée conduisant des états et des entreprises publiques à la faillite (Ajustement structurel), Victor Ndiaye a voulu apporter des ruptures et changer la donne en créant un cabinet de conseil en stratégie et organisation. Dorénavant il fallait avec de l’expertise africaine, accompagner le développement des stratégies-pays et des stratégies – entreprises : encadrer et conseiller les Etat et les entreprise Africaines et mettre fin à l’influence occidentale.

Aujourd’hui Victor Ndiaye accompagne des Etats Africains comme le Bénin, le Tchad ou le Gabon dans leur stratégie de développement. Son plus grand succès est l’élaboration du plan stratégique Gabon Émergent. Les autorités Gabonaises lui ont confiées la mise en œuvre de leur stratégie de développement. Sur une population de 2.1 millions d’hts, il a pour ambition de créer 325.000 emplois d’ici 2025 et de sortir le Gabon de sa dépendance pétrolière.

Victor Ndiaye conseille aussi les entreprises africaines portant l’ambition d’un leadership continental. Son plus grand succès est la SONATEL. Son cabinet PMC accompagne la SONATEL depuis sa privatisation en 1995. Aujourd’hui il en a fait un véritable succes-story. La SONATEL est en effet la plus importante société privée cotée de la zone UEMOA, un véritable champion Africain.

Ce que Victor Ndiaye a fait avec la SONATEL, il rêve de le faire avec la SENELEC (Plan Yessal) c’est-à-dire en faire une grande et solide entreprise, un leader africain dans le service énergétique.

Après avoir perdu deux projets dans son propre pays, projets (Plan Takkal SENELEC et PSE du président Macky Sall) gagnés par Mac Kensey son concurrent occidental, Victor Ndiaye revient en force à la Sénélec avec le Plan Yessal qui va enterrer le plan Takkal de Mac Kensey, payé à coût de centaines de millions et qui n’a servi à rien.

Victor Ndiaye avec le Plan Yessal, qui a fait l’audit organisationnel et managérial de la Sénélec, vise à bâtir la SENELEC du futur, une entreprise innovante et performante au service des ménages et des entreprises.

Cette confiance au cabinet de Victor Ndiaye (PMC) a été l’œuvre de l’ex DG de la SENELEC, Mouhamadou Mactar CISSE. Lui et son équipe de directeurs opérationnels avaient rêvé d’une SENELEC qui éclaire définitivement le Sénégal. Donc ils ont fait confiance, pour réaliser ce rêve, au plus grand cabinet de conseils de l’Afrique francophone, au cabinet qui est à l’origine de l’éclatant succès de la SONATEL.

Aujourd’hui l’objectif de Victor Ndiaye est clair : après avoir aidé la SONATEL à être la plus grande entreprise privée du Sénégal et leader régional, il va aider la SENELEC à être l’entreprise publique la plus performante du Sénégal avec une envergure africaine. Pour réussir cette ambition il a conçu le Plan Yessal financé par la Banque Mondiale.

Le Plan Yessal est venu à son heure à la Sénelec. C’est une entreprise qui traversait beaucoup de difficulté et le président Macky Sall avait été obligé d’y déployer son directeur de cabinet Mactar Cissé pour régler les problèmes. M. Mactar Cissé en tant qu’inspecteur général d’Etat avait audité beaucoup d’entreprises publiques. Il sera déployé dans une entreprise publique en pleine difficulté pour sa remise en marche.

Sa première tâche sera de régler le problème de l’entreprise Myna Distribution en contentieux permanent avec la Senelec depuis les années du président Wade. Une solution allait être trouvée en 2017 et Myna Distribution deviendra Excellec une entreprise stratégique où la Sénélec détient 30%. Au-delà de la solution trouvée au cas Myna Distribution beaucoup d’investissements ont été faits pour booster la production, le transport et la distribution, les trois principaux départements de la Sénélec.

Aujourd’hui la SENELEC est dans une grande dynamique. C’est plus de 500 milliards d’investissements qui ont donné une puissance de 1130 MW avec environ 30% d’énergie propre. Au-delà de cet investissement, elle va bénéficier d’un financement de 300 milliards dans le cadre du second compact du Millénium Challenge Corporation. La Sénélec c’est aussi le programme « POLES 2020 » le plus grand projet en matière de transport et de distribution qui consiste à construire des infrastructures de transport et de distribution d’électricité. Ce programme relie 5 pôles : Tambaconda, Diamniadio, Kounoune, Thiès et Dakar. Il va impacter 3 millions d’habitants à Dakar, 2 millions à Thiès, et 800 000 habitants à Tambacounda. Les travaux seront réalisés en 3 ans et d’un coût de 130 milliards.

Tout ce programme d’investissement doit être renforcé par une nouvelle vision stratégique bâtie autour du Plan Yessal. En venant à la SENELEC pour la réalisation du Plan Yessal, Victor Ndiaye avait amené dans ses bagages le meilleur profil du moment pour l’aider à réaliser cette grande ambition. Il s’agit d’Amadou LY, docteur en Physique Appliqué, Ingénieur en Génie Electrique et ancien cadre à EDF France. La lutte contre les pertes techniques et commerciales de la Sénélec devrait être au cœur de la stratégie du Plan Yessal et Victor Ndiaye ne pouvait trouver mieux qu’Amadou LY. Il était DG de INES, entreprise spécialisée dans l’audit énergétique et l’économie d’énergie.

Avant d’arriver à la Sénélec, Amadou Ly avait aidé beaucoup d’entreprises sénégalaises comme la SONATEL à maitriser leur consommation d’énergie et réduire leur charge d’exploitation. Son entreprise a démarré depuis 2014 la solution AKILEE. En 2015 cette solution est adoptée par la SONATEL la plus grande entreprise sénégalaise. Il faut savoir que AKILEE a été une solution avant d’être une entreprise.

Après avoir accompagné le Plan Yessal, Amadou Ly est revenu rencontrer la Senelec pour leur proposer de faire des tests de son application AKILEE sur le système de la Sénélec. C’est dans ce cadre qu’un accord fut trouvé pour tester la solution AKILEE. Les tests dans le système Senelec seront concluants. A la fin de ces tests la Senelec (DG appuyé par les directeurs opérationnels) proposa à Amadou Ly de constituer une société du nom de AKILEE (application AKILEE transformée en société AKILEE) sous le même modèle que SIMELEC et EXCELLEC c’est-à-dire à partir de la signature d’une convention réglementée (validée par les textes supranationaux de l’OHADA que la Sénélec avait déjà adoptée dans ses statuts) et où Senelec sera actionnaire à 34%.

C’est ainsi que naquit AKILEE sous la bénédiction des directeurs opérationnels et du conseil d’administration de la Sénélec. Cette naissance d’AKILEE fut fêtée en grande pompe le 23 aout 2017à l’hôtel Radisson en présence du premier ministre Abdallah Boune Dione, du ministre de l’économie Amadou Ba, de Mme Aminata Touré (CESE), de l’ambassadeur de France et de plusieurs autres personnalités. Donc le 23 Aout 2017 une entreprise du nom d’AKILEE est née au Sénégal acceptée par toute une république.

Ce qu’Amadou Ly faisait avec chacune de ses entreprises clientes comme la Sonatel il a rêvé de le faire avec le fournisseur général d’énergie de toutes entreprises et ménages sénégalais. Agir sur la Sénélec permettrait de réduire la consommation d’énergie nationale, d’éliminer les pertes techniques et commerciales et d’économiser des centaines de milliards pour l’Etat.

Aujourd’hui AKILEE va booster le programme « POLES 2020 » de la Sénélec avec son produit « SMART SEN ». « POLES 2020 » est le plus grand projet de la Sénélec en matière de transport et de distribution. Il consiste à construire des infrastructures de transport et de distribution d’électricité. Ce programme relie 5 pôles : Tambaconda, Diamniadio, Kounoune, Thiès et Dakar. Il va impacter 3 millions d’habitants à Dakar, 2 millions à Thiès, et 800 000 habitants à Tambacounda. Les travaux seront réalisés en 3 ans et d’un coût de 130 milliards. Le projet « Smart Sen » va superviser le réseau de distribution de la Sénélec. « Smart Sen » à terme sera le pivot du réseau de distribution de la Sénélec et apportera plus de souplesse et de confort énergétique aux ménages et entreprises.

AKILEE au-delà de la Sénélec, est aussi un rêve panafricain. A l’image de PMC (Cabinet Panafricain) il rêve de conquérir l’Afrique. N’oublions pas que le 11/11/2019, il avait été sacré, au Ghana, championne de l’efficacité énergétique dans l’espace CEDEAO. Aujourd’hui pour réaliser son pari africain il doit s’appuyer sur de grandes entreprises comme la SONATEL et la SENELEC.

Aujourd’hui, le Sénégal a besoin de dépasser ces conflits d’intérêts et ces guerres politiques qui ont brisé la carrière de beaucoup d’entrepreneurs mais aussi de beaucoup d’hommes politiques compétents (affaires Idrissa Seck et Karim Wade)

Aujourd’hui le Sénégal a besoin d’un nouveau type de leadership, de leaders fiers de leur formation et de leur expertise, décomplexés et patriotes.

Un jour en sortant d’une cérémonie, j’avais été intercepté par Dr Abdourahmane Diouf actuel directeur exclusif du CIS. Il m’avait dit qu’il suivait mes interventions pertinentes à travers les médias, qu’il avait acheté et lu mon livre sur le PSE et qu’il aimerait travailler avec moi dans le cadre de la conception du programme économique du candidat Idrissa Seck pour les élections présidentielles de Février 2019.

Naturellement j’avais répondu positivement à cet homme de qualité que j’appréciais beaucoup. Quelques semaines plus tard il me confia le pôle Economique et Prospective de l’organisation des Cadres du Parti Rewmi.

Ainsi nous avons mis en place un programme économique qui reposait sur la protection et l’épanouissement du secteur privé local. Cette ambition de protéger et de booster le secteur privé local l’avait poussé à intégrer le CIS, d’en être le directeur exécutif et de partager le tour de table avec Victor Goram NDIAYE qui a aussi la même ambition pour le secteur privé local.

J’ai travaillé avec Victor Ndiaye au sein du Club Travail et Vertu du premier ministre Abdoul Mbaye et avec Dr Abdourahmane Diouf dans le cadre du programme économique du parti Rewmi. Et partout c’était le même engagement : bâtir un secteur privé local fort.

Victor Ngorom Ndiaye est une fierté sénégalaise, il est cité parmi les 100 personnalités les plus influentes du continent africain par le magazine New African. C’est le fondateur du plus grand cabinet de conseils en Afrique francophone. Il incarne un nouveau type de leadership africain : bâtir l’Afrique par des africains.

Mouhammadou Mactar Cissé est un haut cadre Sénégalais : avocat et major de sa promotion au barreau, inspecteur des douanes et major de sa promotion à l’Enam, Inspecteur Général d’Etat et major de sa promotion.

Amadou Ly est un brillant cadre sénégalais : docteur en physique appliqué, ingénieur en génie électrique et ancien cadre d’EDF France. Aujourd’hui EDF (deuxième producteur mondial d’énergie) ne rêve que d’AKILEE, son DG, Jean Bernard Lévy est venu à Dakar pour le rencontrer directement et lui faire des propositions.

Ces trois hauts cadres Sénégalais dont rêve tout pays africain sous-développés ne doivent pas être sacrifiés sous l’autel des conflits d’intérêts ou des ambitions politiques. Ces hommes ne sont pas le fruit du hasard, ils ne sont pas sortis du néant. Ils sont le produit de leur choix, de leur renoncement et de leurs sacrifices pendant des années. Il est très facile de les sacrifier pour des intérêts particuliers ou pour des questions politiques car dans ce pays malheureusement tout est politique.

Aujourd’hui le président de la république reconnait l’importance d’AKILEE dans la performance de la Sénélec et dans celle de toutes les entreprises sénégalaises et veut des négociations. Il a pris en charge le dossier et a donné des instructions.

Donnons une chance à la négociation et que le Sénégal y gagne dans la transparence et la justice.

El Hadji Mansour Samb