Alerte à Hann Bel Air : Une fuite de carburant fait craindre le pire – branle-bas des autorités

0
211

Une fuite de carburant provenant du pipeline de la Société Africaine de Raffinage (SAR) et qui est mélangée aux eaux de pluie inquiète les populations de Hann Bel Air (Dakar). Plusieurs familles menacées par ce danger ont quitté leurs domiciles pour être relogées dans une école (CEM de Hann). Des mesures urgentes ont été prises, selon le gouverneur de Dakar Al Hassane Sall qui était sur les lieux hier mardi.

« C’est un danger réel. On ne sait pas si c’est du carburant mais en tout cas c’est de l’hydrocarbure qui ne peut pas cohabiter avec les activités ménagères», a constaté le gouverneur de Dakar qui annonce des mesures urgentes pour stopper ce danger.

« Toutes les familles seront délogées. Elles vont être logées au Cem Hann qui se situe juste à côté de ces domiciles. Il y aura des mesures d’accompagnement. En relation avec la SAR, un appui leur sera apporté pour qu’ils puissent préparer les repas et autres », a rassuré Al Hassane Sall.

L’autorité administrative de la Capitale de poursuivre : « toutes les commodités seront mises à leur disposition» notamment une  couverture sanitaire en relation avec le médecin chef du district.

Le journal « Les Echos », a révélé que les familles délogées ont reçu chacune la modique somme de 100.000 F Cfa.

Autres mesures prises, c’est l’arrêt des activités dans les garages de mécaniciens et autres.  « Toujours, en relation avec les autorités de Hann, notamment le commandant de brigade et le chef de la section environnementale de la gendarmerie, nous allons faire cesser les activités qui présentent des risques au niveau du site, notamment les garages mécaniciens et autres qui vont devoir suspendre leurs activités », a-t-il fait savoir. Non sans annoncer que le préfet va prendre un arrêté dans ce sens.

Apportant des précisions, la Société Africaine de Raffinage informe qu’il ne s’agit pas de carburant. Toutefois, elle annonce que toutes les dispositions ont été prises et les autorités locales ont pris en charge les familles concernées pour les protéger.