Aminata Touré : Du bâton à la carotte !

0
885

Arrivée à la primature début septembre 2013, en remplaçant Abdoul Mbaye, ce, après un passage au Ministère de la Justice, Aminata Touré, dite Mimi était devenue la deuxième femme chef de gouvernement de l’histoire du Sénégal, après Mame Madior Boye.

En juillet 2014, après dix mois passés à la primature, Aminata Touré est limogé par le chef de l’Etat. Ce, après la bérézina de la coalition au pouvoir pour la conquête de Dakar lors de ces élections locales. Du bâton à la carotte. En dépit de son engagement sans faille aux côtés de son mentor, Mimi Touré est restée quatre grandes années sans une véritable promotion. La consécration est tombée mardi 14 mai 2019, dans la matinée. Aminata Touré, dite Mimi est nommée à la tête du Conseil économique social et environnemental (Cese).

Dualité au sommet de l’Etat…

Cependant, Que n’a-t-on lu ou entendu, quelques mois seulement sur les relations entre celui qui tient les manettes de l’exécutif et son Premier Ministre.

En tout état de cause, les langues ont délié. Grave. Même si du côté des proches de la «dame de fer» (nous voulons nommer Mimi Touré) on soutient mordicus «qu’il n’y avait vraiment pas de quoi fouetter un chat», des pourfendeurs de Mimi tapis dans les coursives du régime et à des niveaux insoupçonnés avaient juré la main sur le cœur «qu’il ne sert à rien de se presser car elle va débarrasser le plancher».

D’après certaines infos, un plan de mise à mort politique est échafaudé contre Mimi Touré. Dans cette optique, des pontes de l’Apr seraient divisés sur ce qu’il est convenu d’appeler «le cas Mimi».

Si une frange est pour la suppression pure et simple du maroquin de Premier Ministre, ce qui évitera une certaine dualité au sommet de l’état, d’autres plaident pour le maintien de la bonne dame à son convoité portefeuille.

Quoi qu’il en soit, tout porte à croire que quelque chose ne tourne pas rond pas dans les relations entre le président Sall et sa «Mimi». En atteste, le fait inédit que le Président Sall avait décidé de conduire lui même la délégation sénégalaise au rendez-vous tant attendu du «Club de Paris».

…Dix mois seulement à la primature

La dualité tant chantée à l’Apr a eu raison sur Mimi Touré. En juillet 2014, après dix mois passés à la primature, Aminata Touré est limogé par le chef de l’Etat. Ce, après la bérézina de la coalition au pouvoir pour la conquête de Dakar lors de ces élections locales. Depuis cette date c’est la descente aux enfers. Il est rapproché à la dame de vouloir prendre la place du chef. Toutes les spéculations avaient envahi les arbres à palabre. Momo Touré, qui a participé à la réélection de Macky Sall en 2012, est accusé de faire du forcing pour ne pas quitter la primature. La mettant ainsi e mal avec le chef de l’Etat.

…Le bout du tunnel

7 mois après, en février 2015, Mimi Touré -au frigo- refait surface. Ancien Premier ministre, elle reste très active au sein de l’Alliance pour la république, assistant à toutes les réunions et apportant la réplique à tous ceux qui s’attaquent au chef de l’Etat, Macky Sall.

Le Président de a République, Macky Sall, l’avait fait revenir au Secrétariat exécutif national, l’organe dirigeant de l’Alliance pour la République (Apr). Annonçant également sa nomination au poste «d’envoyée spéciale» du Président de la République. Mimi Touré effectuera ainsi toutes les missions que Macky Sall lui confiera, tant au niveau national qu’international. Une nomination accueillie par une salve d’applaudissements.

Lors de la campagne de la présidentielle de 2019, elle a joué un rôle de primordial pour la victoire de son mentor. Bien avant, elle a coordonné le parrainage ai niveau national obtenant de bons résultats. Lors de la mise en place du premier Gouvernement de Macky Sall, après sa réélection, beaucoup pensait qu’elle allait revenir aux affaires. Son nom ne figure pas. Des rumeurs ont circulé de tout bord. Amis la dame est restée elle-même. Son silence a étonné plus d’un. Après le bâton, la carotte.

Enfin, la consécration …

La nouvelle est tombée mardi 14 mai 2019. Elle est accueillie avec enthousiasme. Parce que étant une véritable récompense. Mimi Touré est portée à la tête du Conseil économique social et environnemental (Cese) avec un budget avoisinant les 6 milliards de F Cfa.

Aussitôt nommée, elle décline sa feuille de route dans une interview exclusive accordée à iRadio. La désormais ex-Envoyée spéciale du président de la République annonce que la question de l’environnement sera au cœur des réflexions et des délibérations.

Remerciant vivement le président de la République pour la confiance qu’il lui a accordé à travers cette nomination, elle dit s’engager justement à avec détermination pour accomplir la mission assignée.

«Ce que je peux vous dire c’est que ça fait partie de notre mission architecture institutionnelle. Il y a une fonction importante et cette fonction sera expliquée aux populations puisque le Conseil étudie et partage beaucoup de connaissances en direction des populations, des acteurs des différents secteurs. Donc, cette mission est importante. C’est l’occasion d’ailleurs de féliciter madame Aminata Tall qui a occupé cette fonction pendant 6 ans. Je prends le relais pour poursuivre cette mission»