Apr-Ps : Les jalons d’un «divorce»

0
199

Va-t-on vers le «divorce » politique entre le l’Apr, le parti au pouvoir et le parti socialiste ? Tou porte à le croire. Car, le parti d’Aminata Mbengue Ndiaye a posé deux jalons on ne peut plus déterminants en ce sens.

Les mois passés, le porte-parole, député à l’Assemblée nationale, par ailleurs, maire de Kaffrine Abdoulaye Vilane a dit tout haut que leur formation politique  aura bel et bien un candidat.

Le deuxième jalon pas des moindres posé, vient des socialistes de la vieille ville, Rufisque. Ils disent non à la suppression des villes voulue par le chef de l’Etat, Macky Sall. 

Premier jalon

 Le porte-parole du Ps Abdoulaye Vilane a soutenu que le Parti socialiste aura son candidat à l’élection présidentielle de 2024. Des propos tenus lors de son intervention à l’émission Face to face dimanche 19 juillet 2020 à la Tfm.

Selon le maire de Kaffrine, depuis le début de la création du parti, il n’y a jamais eu d’élections sans que le Ps n’ait son candidat. «Le moment venu, nous allons consulter la base qui va décider de choisir quelqu’un comme candidat à la présidentielle de 2024 », martèle M. Vilane.

À cette occasion, le porte-parole du Ps n’a pas raté l’occasion pour rendre hommage à son ancien mentor Ousmane Tanor Dieng. « En 2007, Tanor était candidat. Il m’avait encouragé pour que je puisse me soigner à l’extérieur. Il s’était convaincu que je ne pouvais pas me soigner ici au Sénégal », a-t-il confié.

Deuxième jalon

Le Parti Socialiste (PS) de Rufisque prend ses distances avec le chef de l’État, Macky Sall, en s’opposant à la suppression annoncée des villes.

L’Union communale veut le maintien de sa Ville et des communes lesquelles sont, selon son Secrétaire général Abdou Karim Mbengue, des héritages d’un long processus constructif de décentralisation.

Pour les socialistes de Rufisque, il faut aller de l’avant et non pas reculer.

Cette sortie des socialistes de Rufisque n’est pas anodine. Car, elle reflète le sentiment des socialistes à ne pas suivre le patron de Benno Bokk Yakkaar sur ce chantier jugé sinueux.