Bombardement d’un camp de migrants en Lybie: « On ne peut pas confirmer s’il y a des Sénégalais parmi les victimes »

0
704

Le directeur des Sénégalais de l’extérieur, Sory Kaba dit qu’il ne peut pas confirmer l’existence de Sénégalais parmi les victimes de l’attaque meurtrière le 2 juillet 2019, d’un camp de migrants à proximité d’un camp militaire en banlieue de Tripoli. «On n’en est pas encore sûrs. Nous sommes en train de réunir nos éléments d’information. On ne peut pas aujourd’hui confirmer quoi que ce soit sur ce dossier-là», a-t-il déclaré.

Mercredi en milieu de journée, Boubacar Sèye de l’Ong Horizon sans frontière a affirmé que plus d’une centaine de migrants ont tués et 200 autres blessés, ajoutant que des Sénégalais, des Guinéens, des Gambiens, des Erythréens font parties des victimes.

Un communiqué de la mission de l’ONU cité par les médias français, avance un bilan de 44 morts et plus de 130 personnes blessées, sans plus de précision sur la nationalité des victimes.

« Le bilan pourrait s’aggraver« , a indiqué à l’AFP un porte-parole des services de secours, Osama Ali, précisant que 120 migrants étaient détenus dans le hangar qui a été atteint de plein fouet par la frappe
La frappe contre ce centre n’a pas été revendiquée mais des médias proche du maréchal Khalifa Haftar, ont fait état mardi soir, d’une « série de raids aériens » à Tripoli et Tajoura. La banlieue de Tajoura, qui compte plusieurs sites militaires appartenant aux groupes armés proches du Gouvernement d’union nationale (GNA), est régulièrement la cible de raids aériens des forces du maréchal Khalifa Hafta.