Burkina Faso : le nouveau chef d’État-major prône une restructuration de l’armée

0
598

Au Burkina Faso, le nouveau chef d’État-major général des armées a pris le commandement mercredi 9 février. Nommé par le président du mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration, le colonel-major David Kabré remplace à ce poste le général de brigade Gilbert Ouedraogo, et entend donner un nouveau souffle à lutte contre le terrorisme, au regard des priorités : la restauration de l’intégrité du territoire et le retour des déplacés dans leurs localités.

Le colonel major David Kabré veut aller vite dans la reconquête des parties du territoire occupées par les groupes armés. « Au regard des priorités, l’heure n’est plus aux beaux discours, mais à l’action », a martelé le nouveau patron des armées burkinabè :

« Il s’agit là, pour nous, de pouvoir rapidement organiser notre dispositif, améliorer la communication avec les troupes et créer la cohésion. Ainsi que motiver nos hommes avec un certain nombre d’actions sur le terrain. Il y a la question de l’équipement et du soutien… Nous pensons pouvoir renverser la tendance. »

Planification des opérations, collaboration avec les armées des pays voisins, en vue d’opération conjointe, le nouveau patron des armées burkinabè entend lancer l’offensive :

« Je développerai des mécanismes précis de planification, de conduite et de coordination des opérations, en réorientant notre argent vers l’offensive. C’est pourquoi je voudrais lancer un appel à toutes les composantes des forces armées nationales à prendre un nouvel engagement avec moi, afin de donner un souffle nouveau à la lutte contre le terrorisme dans notre pays. »

Au regard de la menace, le nouveau chef d’État-major général des armées demande une conjugaison des efforts entre les forces de défense et sécurité, volontaire pour la défense de la patrie et les populations.