Burkina : Le lieutenant-colonel Damiba investi président

0
394

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a été investi mercredi président du Burkina Faso par le Conseil constitutionnel, trois semaines après avoir pris le pouvoir par un coup d’Etat.

« Je jure devant le peuple burkinabè (…) de préserver, de respecter, de faire respecter et de défendre la Constitution, l’acte fondamental et les lois » du Burkina, a déclaré M. Damiba en prêtant serment devant le Conseil, lors d’une cérémonie retransmise par la télévision nationale.

Il était vêtu d’un treillis militaire ceint d’une écharppe aux couleurs du Burkina, la tête coiffée d’un béret rouge.

Aucun représentant étranger n’a assisté à la cérémonie de prestation de serment qui s’est tenue dans une petite salle du Conseil constitutionnel où seule la presse officielle a été admise.

Plusieurs heures avant la prestation de serment, l’accès au Conseil était filtré par un important dispositif des forces de sécurité dressé dans un rayon de 100 m autour du siège de l’institution à Ouagadougou, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le lieutenant-colonel Damiba, 41 ans, a pris le pouvoir le 24 janvier à Ouagadougou après deux jours de mutineries dans plusieurs casernes du pays, renversant le président élu Roch Marc Christian Kaboré, accusé notamment de pas avoir mis fin à la violence jihadiste qui frappe le Burkina depuis près de sept ans.

Il a mis en place une junte appelée Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) qui a pour priorité « la sécurité ».

Dans le sillage du Mali et du Niger, le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui ont fait plus de 2.000 morts dans le pays et contraint au moins 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.

ab-stb-pid/jhd

© Agence France-Presse