La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO) a suspendu le Burkina Faso de ses instances dirigeantes à la suite du putsch militaire de lundi, a-t-on appris vendredi de deux sources diplomatiques.

L’armée du Burkina Faso a annoncé lundi avoir déposé le président Roch Marc Christian Kaboré, suspendu la Constitution, dissout le gouvernement et l’Assemblée nationale et fermé les frontières du pays, confronté selon eux à une dégradation continue de sa sécurité.
Ce putsch est une nouvelle secousse au Sahel, où les Européens, en premier lieu la France, s’efforcent de lutter contre des groupes islamistes armés qui déstabilisent les pouvoirs en place.
Le Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest malgré son activité dans la production d’or, a été le théâtre de nombreux coups d’État depuis 1960, date de son indépendance.

Quitter la version mobile