Chargé d’enquêter sur la mort de l’ancien chef d’agence de la Sonatel de Linguère : le commandant de Brigade I. Diop courtise sa veuve sur fond d’une pluie de millions F Cfa

0
40
Censé élucider les circonstances de la mort de Ibrahima Fall, ancien chef d’agence de la Sonatel de Linguère, en 2017, l’adjudant-major Ibra Diop, présentement en mission en Gambie en tant que chef de détachement prévôtal, finira par courtiser la veuve laissée par le défunt. Si l’adjudant-major a profité de cette relation, Binta Sow, la veuve de Ibrahima Fall, encaissera de son amant d’importantes sommes d’argent estimées à 20 millions F Cfa. Mme Sow sera finalement trainée en justice pour escroquerie même si elle bénéficiera d’une relaxe. L’adjudant-major réclame, par ailleurs, la somme de 50 millions F Cfa comme dommages et intérêts..
Tout a commencé à Linguère, en 2017. Ibrahima Fall, alors chef d’agence de la SONATEL de la ville, est trouvé mort, torse nu, dans sa maison. C’est ainsi que le commandant de brigade de Linguère d’alors, Ibra Diop, est saisi pour mener l’enquête, afin d’élucider ce drame. La suite de cette enquête ? On l’ignore. Mais une chose est sûre. Une relation amoureuse  – le gendarme est marié et père de 07 enfants – est entreprise par Ibra Diop à l’endroit de la veuve de Ibrahima Fall. Selon les procès-verbaux soumis à nos soins, l’adjudant-major rendait visite à Binta Sow à son domicile, prétextant qu’il voulait assister la dame pour surmonter cette épreuve. De fil en aiguille, à en croire les PV, la veuve, à peine sortie de son veuvage, fréquentait à son tour la brigade de Linguère.
«Quelque temps après, il m’a déclaré son amour en me promettant qu’il allait me marier », confie Binta Sow aux agents enquêteurs de la Section de recherches. D’après Mme Sow, de l’héritage laissé par son défunt mari, elle appuyait financièrement son amant en payant tantôt ses dettes auprès des commerçants de Linguère ou parfois à la brigade de Louga. « Il m’a demandé à plusieurs reprises de payer l’argent qu’il avait détourné à la brigade en versant les sommes à celle de Louga », raconte la dame, présentée comme une commerçante.
«Il m’avait même poussée à avorter d’une grossesse dont il est l’auteur», explique la dame, finalement trainée en justice par l’adjudant-major Ibra Diop pour escroquerie, charlatanisme et association de malfaiteurs portant sur 20 millions F Cfa
En janvier 2018, l’adjudant-major Ibra Diop est affecté à la brigade de Sangalkam. Selon la dame, à Dakar, le commandant de brigade a voulu rompre leur relation. « C’est lorsqu’il a été affecté à Dakar que j’ai compris que Ibra Diop profitait de moi. Car, il avait coupé toute relation avec moi. J’avoue que le sieur Diop m’a déçue de par sa réaction. En plus, il m’avait même poussée à avorter d’une grossesse dont il est l’auteur », raconte Binta Sow sur Pv.
Toutefois, elle reconnaît avoir soutiré de l’argent, à hauteur de 20 millions F Cfa, à son amant en prétextant être malade, ou la maladie de ses enfants, ou parfois la mort de ses proches. Elle sera ainsi trainée en justice par l’adjudant-major Ibra Diop pour escroquerie, charlatanisme et association de malfaiteurs. « Je reconnais que c’est en voulant récupérer mon argent que j’ai réagi de la sorte. J’ai estimé ce que je lui dois à la somme de 20 millions F Cfa ».
L’adjudant-major Ibra Diop raconte sa mésaventure et accuse son ex-amante et ses ”acolytes” de lui avoir soutiré 52 millions F Cfa  
Seulement, c’est la parole de Binta Sow contre celle de l’adjudant-major Ibra Diop qui estime la somme à hauteur de 52 millions F Cfa. D’emblée, Ibra Diop, en mission en Gambie en tant que chef de détachement prévôtal, dira aux éléments enquêteurs qu’il s’est fait escroquer plusieurs fois par la dame ainsi que les proches de cette dernière. « Pour me faire chanter, elles ont scanné mon nom sur une copie du titre de Binta Sow avant de m’en envoyer une copie en me rassurant que c’était la volonté du défunt avant sa mort. Avec des rôles différents, les membres de l’association se succédaient jusqu’à Ourèye Thiam et Awa Sarr qui bien qu’étant déclarées malades auraient survécu à leur maladie (voir plainte). C’est ainsi qu’elles m’ont soutiré d’importantes sommes d’argent dont le total est estimé à 52 millions F Cfa », dira l’adjudant-major aux enquêteurs de la Section de recherches.
L’affaire atterrit devant le Tribunal des flagrants de Dakar où l’avocat de l’adjudant-major réclame à son ex 50 millions F Cfa comme dommages et intérêts et 20 millions F Cfa pour le chef d’escroquerie
Actuellement en Gambie, Ibra Diop a été représenté, hier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par son avocat qui a demandé la somme de 50 millions F Cfa comme dommages et intérêts. Toutefois, à la barre, la prévenue Binta Sow a reconnu seulement la somme de 20 millions F Cfa. Le Parquet a requis que la dame soit déclarée coupable du chef d’escroquerie et condamnée à 6 mois dont 3 ferme. Après délibéré, Binta Sow bénéficie d’une relaxe mais devra payer la somme de 20 millions à l’adjudant-major.