Contrat Akilee : Comment Mademba Biteye A Orchestré Le Mensonge Avec Sa Presse

0
148

Contrat SENELEC – AKILEE : Les gros mensonges de Pape Mademba Bitèye et de « sa presse »

Les quotidiens Le Quotidien de Madiambal Diagne et les Echos de Cheikh Oumar Ndao ont choisi de s’acharner sur Mouhamadou Makhtar Cissé, le ministre du Pétrole et des Energies sur l’affaire du contrat entre SENELEC et AKILEE. Les raisons de cet acharnement des deux quotidiens à l’encontre du ministre du Pétrole et des Energies vont être dévoilées. Mais personne n’est dupe dans cette affaire, leurs colonnes sont largement alimentées par le directeur général de la SENELEC Pape Mademba Bitèye lui-même. Qui d’autre que lui n’avait intérêt à distiller des contrevérités sur les directives données par le Chef de l’Etat Macky Sall aux concernés dans cette affaire durant cette audience.

En réalité depuis que tout ce bruit est causé par cette affaire dont certains ne visent qu’à faire résilier le contrat pour des intérêts obscures de lobbys nationaux et étrangers, Pape Mademba Bitèye est celui qui se cache derrière tout ce lynchage médiatique exercé sur Mouhamadou Makhtar Cissé avec ses relais que sont Le Quotidien et les Echos. Demain fera jour. Le Président de la République saura certainement apprécier, lui qui a tout fait pour que cette polémique cesse, et voilà qu’il apprend que des contrevérités ont été distillé à l’issue d’une audience qu’il a voulue secrète avec des hauts fonctionnaires de l’administration.

Cependant, l’on découvre que le Président Macky Sall n’a jamais demandé que le contrat avec AKILEE soit résilié. Ce qui aurait été un cinglant désaveu à l’endroit de son ministre Mouhamadou Makhtar Cissé, ancien directeur général de la SENELEC ainsi que tous ceux qui ont contribué à la conclusion de ce contrat. En fait, de quoi s’agit-il réellement ? Il revient qu’au cours de l’audience, le Chef de l’Etat n’a jamais demandé que le contrat soit résilié mais plutôt d’ouvrir des négociations pour que la SENELEC rachète des parts d’AKILEE. Dans cette opération, AKILEE va préserver l’expertise technique ; et SENELEC pourrait même à l’issue du processus obtenir l’intégralité des parts d’AKILEE en les rachetant. Voilà ce qui a été convenu.

L’aboyeur se disant impuni

Raconter autre chose, c’est vouloir chercher à entretenir la polémique dans cette affaire en se servant de médias acquis à la cause de l’aboyeur qui se sent si impuni qu’il remet en cause les directives du Chef de l’Etat Macky Sall dont on titille l’autorité dans cette affaire. Les mensonges et confusions entretenus dans cette affaire, ont été si nombreux que certains apparaissent comme cousus de fil blanc. Flagrant délit de mensonges.

La confusion est entretenue à souhait sur les bons de commande qu’effectue la SENELEC auprès d’AKILEE. L’on a même parlé d’une centaine de milliards débloqués par la SENELEC pour les verser dans les caisses d’AKILEE, alors qu’il n’en était rien. Le système est transparent, et au contraire des mensonges qui se répandent, c’est la SENELEC qui est plus bénéficiaire dans cette affaire. Sur les 2 700 000 compteurs à réceptionner, à chaque fois qu’une commande est passée, la SENELEC ne verse que les 15% de la commande. Ne payant les 85% restants que quatre ans à partir de la livraison. Qui dit mieux !

Malgré ce qu’on a cru être des révélations qui ont été faites pompeusement sur les 186 milliards supposés versés à dans ses caisses, AKILEE n’en a perçu qu’un infime montant. Puisque le reste sur la base d’un contrat établi pour dix ans et, dont la SENELEC ne paye les 85% que quatre ans à partir de la livraison, il se trouve que c’est AKILEE qui les préfinance. Ensuite, l’on nous fait croire que ces 186 milliards ne servent qu’à la livraison des compteurs dits intelligents par AKILEE à la SENELEC, alors qu’il y a aussi la pose des compteurs, l’achat des puces, la visserie, les connexions internet.

Confusion sournoisement entretenue

Les détracteurs de Mouhamadou Makhtar Cissé préfèrent se taire sournoisement sur le fait que les pertes cumulées par la SENELEC sont estimées à 800 milliards au cours des dernières années. Des pertes techniques et non techniques provenant pour l’essentiel des charges d’exploitation de la SENELEC devenues lourdes ainsi que des vols et fraudes sur l’électricité. Avec AKILEE, les économies attendues sur 10 ans sont estimées à 500 milliards de FCFA.

Des résultats qui visiblement ne font l’affaire de grands brigands sans scrupule qui veulent toujours garder la mainmise sur certains secteurs stratégiques de l’économie nationale. Des brigands qui se trouvent au plan international avec leurs relais nationaux qui cherchent à mettre à genoux l’économie nationale. Dire que leurs entreprises sont soutenues par des médias locaux.