Côte D’Ivoire: Malgré la rencontre avec Bédié, le PDCI refuse de reconnaître le nouveau mandat de Ouattara

0
183
 
« Ce mercredi 11 novembre 2020, Son Excellence Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, a rencontré le Président Alassane OUATTARA, à la demande de celui-ci. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du dialogue politique réclamé de longue date par l’opposition pour une paix réelle et durable en Côte d’Ivoire. Le Président du PDCI-RDA tient à préciser que la rencontre ce de jour n’a été qu’une prise de contact pour briser le mur de méfiance entre ces deux hautes personnalités », indique le communiqué signé du Secrétaire Exécutif du Parti par intérim, Pr Niamkey Koffi.
 
En outre, le vieux parti souligne que « les problèmes politiques soulevés par l’opposition demeurent, à savoir le troisième mandat inconstitutionnel du Président Alassane OUATTARA, la question de l’indépendance de la CEI et du Conseil Constitutionnel et la fiabilité de la liste électorale. A ces questions s’ajoutent aujourd’hui celles des poursuites judiciaires contre les leaders et militants de l’opposition injustement et illégalement incarcérés, le blocus des résidences des premiers responsables de l’opposition, les violences dont sont victimes les militants de l’opposition, les destructions de biens et les graves massacres des populations civiles ».
 
Le PDCI-RDA fait donc des revendications susmentionnées, des conditions préalables à satisfaire avant les prochaines discussions avec le pouvoir.
 
« Dans les jours à venir, après la satisfaction des conditions préalables soulevées par le PDCI-RDA, des discussions que le PDCI-RDA espère sincères, franches et inclusives vont s’ouvrir et porter sur toutes les questions en vue d’un apaisement du climat social en Côte d’Ivoire », se veut exigeant le parti doyen.
 
Par ailleurs, « le PDCI-RDA mesure la gravité de la situation sociopolitique qui prévaut en Côte d’Ivoire et rassure ses militantes et militants et l’ensemble des ivoiriens sur sa détermination à œuvrer pour le triomphe de la démocratie, le respect de la vie humaine et de la Constitution, notre Loi Fondamentale ».