Covid: «Il faut tout faire pour retarder» un confinement, dit le Premier ministre Jean Castex

0
212

Malgré la dégradation de la situation sanitaire, « il faut tout faire pour retarder » un confinement afin de « laisser à la vaccination le temps de produire des effets », a déclaré jeudi Jean Castex lors d’une conférence de presse commune avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Le confinement est un levier auquel nous devons recourir quand on ne peut pas faire autrement. Il faut le faire à bon escient, au bon moment et dans la bonne mesure », a ajouté le Premier ministre au cours d’une conférence de presse.

Le variant anglais du coronavirus, plus contagieux, « concerne désormais à peu près la moitié des personnes atteintes de la Covid en France », a ajouté Jean Castex. Ce variant, qui représentait moins de 40% selon des chiffres diffusés il y a une semaine, fait craindre une explosion épidémique en raison de sa plus grande contagiosité.

Vingt départements sous surveillance

Vingt départements ont été placés sous « surveillance renforcée » en raison d’une circulation accrue de l’épidémie, et pourront faire l’objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader, a poursuivi le Premier ministre.

Les départements concernés recouvrent toute l’Ile-de-France, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, une grande partie des Hauts-de-France, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle ou encore l’Eure-et-Loir. « J’ai demandé aux préfets d’engager des concertations avec les élus en vue (…) d’envisager, dans tout ou partie de ces territoires, des mesures de freinage proches de celles mises en place à Nice et Dunkerque» cette semaine, a affirmé Jean Castex.

Plus d’infos à venir…