Crise à la Cpje/Nay Leer : Le député Diopsy sous la menace d’une citation directe

0
108

Les divergences notées au sein de la Convergence Patriotique pour la Justice et l’Equité (Cpje/Nay Leer), à cause des investitures aux élections législatives du 31 juillet 2022, se sont exacerbées. En effet, souligne « L’As », après avoir retiré au député Demba Diop dit Diopsy, le mandat de représenter le parti à la conférence des leaders de Benno Bokk Yakaar (Bby), Dr. Abdoulaye Diouf vient de brandir la menace d’une citation directe contre lui.

«Il faut arrêter d’user de la Convergence Patriotique pour la Justice et l’Equité (Cpje/Nay Leer), sous contrainte d’une citation directe ou d’une interpellation par voie d’huissier.» L’avertissement est de Dr. Abdoulaye Diouf, secrétaire général de la Cpje.

Une sortie qui atteste que la crise qui couve au sein du parti, depuis les dernières investitures pour les élections législatives du 31 juillet 2022, est encore très loin de s’estomper. Bien au contraire, elle a pris une nouvelle tournure, puisque le député Demba Diop dit Diop Sy est sous la menace d’une citation directe. Cela fait suite à la décision prise par Dr. Abdoulaye Diouf de retirer à Diopsy, le mandat de siéger à la conférence des leaders de la coalition Benno Bokk Yakaar, au nom de parti. En effet, il a sommé le maire de Tivaouane de «cesser séance tenante, d’user frauduleusement du nom, de l’emblème et des symboles de cette formation, qui lui avait servi de gravir les échelons, pour ensuite nous tourner le dos, au service de ses intérêts personnels et celui de ses proches».

D’ailleurs, le sieur Diouf indique que des correspondances ont été adressées au ministre de l’Intérieur dans ce sens, pour l’informer de la situation. Cela dit, il a tenu à rappeler que c’est en 2012, qu’il a volé au secours de Demba Diop dit Diopsy, en mettant à sa disposition le récépissé de son parti, afin de l’aider à aller aux élections législatives de l’époque. «Mais une fois son souhait accomplis, on se rend compte qu’il cherche la promotion de son noyau réduit, en essayant de tuer et d’étouffer les membres fondateurs et le légataire légitime qui se trouve être ma personne, Dr. Abdouaye Diouf qui, malgré tout, lui a balisé un corridor afin qu’il arrive là où il se trouve», dénonce-t-il.

Mais pour lui, la récréation est terminée, puisqu’il prévoit de servir une citation directe et une interpellation par voie d’huissier à Diopsy. «Il n’est plus question qu’il siège à la conférence des leaders de la coalition Benno Bokk Yakaar sous les habits de la Cpje, sous contrainte de payer un lourd tribut, car nous avons pris les mesures nécessaires et le compte à rebours a commencé», avertit Dr. Abdoulaye Diouf, avant d’ajouter : «Le rôle que devait jouer la Cpje/Nay Leer est grippé par Diopsy, a qui nous avions balisé le chemin et qu’en contrepartie, il s’est taillé le beurre et l’argent du beurre.

Si nous demandons à être associés à la gestion du pouvoir en tant qu’entité autonome, c’est que le Sénégal est à la croisée des chemins et nul n’ignore que notre rôle est d’éviter tout caporalisme. Nous œuvrons pour une dévolution du pouvoir de manière pacifique et démocratique, afin qu’au lendemain des élections de 2024, chaque citoyen ait la possibilité d’aller à son travail sans souci. C’est ce qui explique mon éventuelle candidature, à défaut de voir un leader crédible et aguerri».

Pour lui, la Cpje qui regroupe un lot de cadres universitaires, intellectuels formés dans des disciplines de pointe, doit être associée à la gestion du pouvoir en tant qu’entité politique, qui a blanchi sous les harnais et qui n’a jamais raté le train de l’histoire.