Difficulté financière : Air Algérie joue sa survie

0
280

En grande difficulté financière, aggravée par la crise du covid-19, Air Algérie doit concéder plus d’efforts pour supporter le choc.

Terrassée par la crise sanitaire, comme l’ensemble du secteur aérien, Air Algérie traverse une zone de turbulence d’une ampleur inégalée. La compagnie publique algérienne accuse un recul de 37 % de son bénéfice net pour 2020. Le manque à gagner pour le transporteur public algérien s’élève à plus de 40 milliards de dinars, soit environ 250 millions d’euros.

« C’est une chute drastique de nos revenus. Nous n’avons jamais connu une telle baisse en quelques mois », déplore Amine Andaloussi, porte-parole d’Air Algérie.

Avec la fermeture des frontières du pays, ordonnée en mars 2020, l’activité est toujours au point mort. Clouée au tarmac de l’aéroport Houari Boumediene, à Alger, la flotte d’Air Algérie, composée de 56 appareils, a très peu servi. L’entreprise publique a transporté 1,5 million de passagers en 2020, contre 17 millions en 2019, selon la direction. Depuis mars, seules les opérations de rapatriement, essentiellement vers la France, l’Espagne, l’Égypte et le Canada, ont maintenu le personnel navigant occupé.