Du sport pour maigrir et perdre de la cellulite.

0
768
Les jours s’allongent, la perspective de l’été s’approche… Bougez ! L’activité physique améliore la fermeté cutanée et contribue à réduire la cellulite.

Rondes ou maigres, les femmes l’ont en horreur. 90% d’entre elles sont concernées par la cellulite. Car leur corps contient plus de cellules « adipeuses », justement prévues pour stocker les graisses afin de subvenir aux besoins de l’organisme lors de la grossesse et de l’allaitement. Résultat : des capitons sur les hanches, les cuisses, les fesses et le ventre, voire les bras. Pas de panique ! On peut les combattre.

On brûle les graisses pour perdre de la cellulite

La peau d’orange résulte à la fois d’un stockage de graisses dans les adipocytes, situés dans l’hypoderme, et de rétention d’eau tout autour, dans le derme et l’hypoderme. Lorsque cette masse graisseuse augmente, elle crée des adhérences. Un phénomène qui altère la circulation sanguine et lymphatique et entraîne stagnation des déchets métaboliques, appauvrissement nutritif, œdèmes locaux… L’insuffisance veineuse et lymphatique n’est pas seule responsable. La rétention d’eau, l’alimentation trop grasse, salée et sucrée, les phénomènes inflammatoires comme le manque d’exercice physique favorisent la cellulite. C’est pourquoi il faut adopter une démarche globale.

On vise la haute intensité avec la méthode hiit (high intensity interval training) ou entrainement fractionné à haute intensité

À une alimentation équilibrée, il convient d’ajouter de l’exercice physique pour transformer la masse graisseuse en muscle. Toutefois, marcher, courir ou faire du vélo, cela ne suffit pas. Ces activités, dites d’endurance, sont idéales pour entretenir le système cardiorespiratoire. Mais contre la cellulite, explique Christophe Bonnaffoux, coach sportif, il est indispensable d’associer exercices à haute intensité et renforcement musculaire. « Selon l’intensité de l’effort, l’organisme ne puise pas de la même manière dans ses réserves. Lorsqu’on travaille en haute intensité (en anaérobie lactique), le corps n’est plus en mesure de fournir l’oxygène. On contracte alors une dette en oxygène que l’on devra rembourser à la fin de la séance. » Et pour cela, on brûle des calories. L’intérêt de la haute intensité ne s’arrête pas là. « Elle favorise la libération de l’hormone de croissance, laquelle augmente le déstockage du gras. Les activités à haute, voire à très haute intensité (CrossFit, Grit, Energy Blast, boxing, cycling…) sont des boosters de métabolisme. » Vous continuerez à brûler des calories plusieurs heures après la séance.