Élections au Mali : une réforme territoriale sous tension

0
169

Prévue par l’accord d’Alger, la réforme territoriale, censée mettre en œuvre de nouvelles régions pour rapprocher l’administration et les services de base des citoyens, provoque de fortes tensions dans des localités qui s’estiment ignorées. D’autant que, derrière les enjeux territoriaux pointent les questions électorales.

La commune de Markala, à 35 km de la ville de Ségou irriguée par le Niger, s’est réveillée dans un climat de tension lundi 3 mai. La veille, acteurs politiques, jeunes et représentants de la société civile avaient décidé d’entrer « en désobéissance civile » et de bloquer les deux ponts permettant d’accéder à la ville. Leur manifestation a été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre venues de Ségou, faisant deux blessés graves.

Selon le maire, Adama Siby, les manifestants ont dressé des barricades pour protester contre la « non-invitation de Markala », par l’administration centrale, aux travaux de restitution sur la réforme territoriale et la décision de ne pas ériger la commune en cercle. Sous-division d’une région, cette entité est considérée comme une circonscription pour l’élection de députés.