Elon Musk place le retour de Donald Trump sur Twitter entre les mains des utilisateurs

0
127

Le patron de Tesla a montré le pire de lui-même ces derniers temps depuis son rachat de Twitter le mois dernier : licenciement brutal de la moitié du personnel, ultimatum pour ceux qui restent, diffusion de fausses nouvelles… Dernièrement, comme il l’avait dit, Elon Musk a rétabli les comptes de plusieurs utilisateurs suspendus et soumis le retour de Donald Trump sur Twitter au vote des utilisateurs.

Les utilisateurs du réseau social à l’oiseau bleu ont jusqu’à ce soir minuit environ (heure française) pour répondre à une question simple : Donald Trump doit-il revenir sur Twitter ? En lançant ce sondage, Elon Musk avait tweeté en latin : « Vox Populi, Vox Dei » : la voix du peuple est la voix de Dieu.

Selon ce défenseur de la liberté d’expression, un million de personnes voteraient toutes les heures pour dire s’ils veulent le retour de Donald Trump sur Twitter. L’ancien président des États-Unis avait été banni du réseau social le 6 janvier 2021, après l’assaut de ses partisans contre le Capitole.

Depuis son arrivée à la tête du réseau social, Elon Musk a réintégré le compte de l’humoriste et comédienne américaine Kathy Griffin. Elle comptait 2 millions d’abonnés avant d’être suspendue la semaine dernière pour s’être moquée de lui en changeant son nom d’utilisateur en « Elon Musk ».

Le compte du site satirique américain The Babylon Bee a, lui aussi, été réactivé. Même chose pour celui de Jordan Peterson, une personnalité médiatique conservatrice, suspendue pour ses propos haineux envers des personnalités transgenres.

Le patron de Tesla, qui défend une vision absolue de la liberté d’expression, est attendu au tournant sur ce sujet et sur la modération des contenus en général. « La politique du nouveau Twitter, c’est la liberté d’expression, mais pas la liberté d’atteindre » le public, a-t-il indiqué vendredi.
« Les tweets négatifs ou haineux seront rétrogradés et démonétisés, donc il n’y aura pas de pub adossée ni d’autres revenus pour Twitter. Vous ne trouverez pas ces tweets à moins de les chercher spécifiquement, ce qui n’est pas différent du reste d’internet », a-t-il ajouté.

La vision de l’entrepreneur libertarien pour la plateforme au cœur de la vie politique et sociale de nombreux pays inquiète beaucoup d’associations, d’autorités et d’annonceurs. Ils craignent qu’Elon Musk ne retire les garde-fous existants, aussi précaires soient-ils, contre la désinformation, le harcèlement et d’autres abus.

Mais Elon Musk aura du mal à mettre en place sa vision du « free speech ». Les régulateurs américains, européens et indiens l’attendent au tournant si la plateforme ne respecte pas leurs lois.

Et c’est sans compter le pouvoir des géants de la Tech, comme Apple ou Google, qui contrôlent les deux principaux systèmes d’exploitation mobile dans le monde, iOS et Android. Les deux géants peuvent bannir toute application qui ne respecte pas leurs règles sur les contenus.