En Afghanistan, les talibans verrouillent l’éducation des femmes

0
155

Le mouvement fondamentaliste afghan confirme que les femmes auront toujours accès à l’enseignement. Mais les conditions sont si drastiques que certaines universités restent fermées.

Le pire n’a pas eu lieu en Afghanistan. Les talibans ne reviendront pas vingt ans en arrière, quand, lors de leur premier passage au pouvoir (1996-2001), ils avaient interdit l’école aux Afghanes de plus de 12 ans, contraintes de rester chez elles. Le ministre de l’Enseignement supérieur du nouveau régime a confirmé dimanche 12 septembre que les Afghanes pourront continuer d’étudier à l’université. Mais Abdul Baqui Haqqani a également confirmé qu’elles devront le faire séparément des hommes, sous de strictes conditions, notamment vestimentaires.

La burqa ou le niqab (qui ne laisse paraître que les yeux) seront obligatoires partout où les étudiantes seront susceptibles de croiser des hommes. Se pose également la question des déplacements. En théorie, les talibans n’autorisent pas une femme à se déplacer sans un membre de sa famille, même si la règle n’est pas vraiment respectée à Kaboul. Pour l’instant.

Les programmes universitaires seront examinés

La non-mixité ne bousculera pas l’immense majorité des écoles primaires et secondaires, où elle est déjà la règle. En revanche, c’est une catastrophe pour les universités. Certains établissements ont fait savoir qu’ils restent provisoirement fermés, faute de locaux et de moyens pour mettre en place la mesure. Car les talibans imposent des locaux séparés, ou des rideaux opaques dans les pièces communes, mais ils exigent aussi des professeurs du même sexe que leurs étudiants. Ou des professeurs âgés, « de haute valeur morale », voire des profs via vidéo…

Avec l’accès préservé des femmes à l’université, l’essentiel est sauf, et on peut compter sur les étudiants pour investir les moindres interstices de libertés qui leur seront laissés. Mais une autre menace se profile : la conformité des enseignements à la charia, en tout cas l’interprétation ultrarigoriste qu’en font les talibans.

Le gouvernement a annoncé que l’ensemble des programmes universitaires seront examinés dans les mois à venir. Beaucoup anticipent l’interdiction de nombreux cursus, notamment ceux en partenariat avec des universités occidentales et les financements qui vont avec.