Explosion dans l’est de la Pologne: les appels à la prudence se multiplient

0
96

Mardi 15 novembre en Pologne, le village de Przewodow, à 7km de la frontière ukrainienne, a été touché par un missile, alors que la tension est déjà très vive dans la région. Les appels à la désescalade se multiplient depuis, car une simple étincelle pourrait entraîner une aggravation de la crise.

L’armée polonaise est en état d’alerte renforcée. Le Conseil de sécurité nationale polonais doit à nouveau se réunir ce mercredi matin. Mais selon le président polonais Duda, il n’y a pas de « preuve » sur l’origine du tir du missile meurtrier, « très probablement de fabrication russe ».

Il est par ailleurs encore tôt pour être sûr de la provenance du projectile. L’enquête est en cours et les équipes d’experts continuent d’arriver sur les lieux de l’explosion, rapporte notre correspondant à Varsovie, Martin Chabal. Si les Polonais sont inquiets de voir le conflit s’étendre, ils sont nombreux à vouloir se souvenir des deux hommes morts dans la déflagration et appellent le gouvernement à ne pas les oublier malgré la portée des événements.

Le président polonais a signalé que son pays demandait néanmoins l’application de l’article 4 du Traité de l’Atlantique Nord, qui prévoit des consultations entre Alliés lorsque l’un d’entre eux estime que son « intégrité territoriale » ou sa « sécurité » sont menacées. Le chef de l’Otan doit tenir ce matin une « réunion d’urgence » avec les ambassadeurs de l’Alliance, à Bruxelles.

Faire preuve de retenue

Réunis à Bali, en Indonésie, pour un sommet du G20 où le président russe Vladimir Poutine est absent, le président français et le Premier ministre britannique ont fait part de leur soutien à Varsovie, mais les Occidentaux aussi demeurent prudents sur l’origine du missile.

Le président américain Joe Biden a informé les membres du G7 et de l’Otan que l’explosion avait été provoquée par un tir de missile de la défense aérienne ukrainienne, a déclaré mercredi à Reuters une source au sein de l’Alliance atlantique.

La France appelle à « la plus grande prudence ». Selon l’Élysée, « beaucoup de pays » de la région disposent du même type d’armement. Des responsables américains suggèrent que le missile tombé dans l’est de la Pologne aurait été tiré par les forces ukrainiennes alors qu’elles visaient un missile russe. Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a qualifié de « théories du complot » ces allégations publiées sur internet. De son côté, Moscou a qualifié les accusations de tirs russes sur le sol polonais de « provocations ».

De son côté, la Chine a appelé l’ensemble des acteurs au « calme ». « Dans la situation actuelle, toutes les parties concernées doivent rester calmes et faire preuve de retenue afin d’éviter une escalade », a déclaré lors d’un point presse régulier Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Pour mémoire, la Pologne, qui partage une frontière avec l’Ukraine, envahie le 24 février par la Russie, est membre de l’Otan et quelque 10 000 militaires américains se trouvent dans le pays. Il est « absolument essentiel d’éviter l’escalade de la guerre en Ukraine », a exhorté le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres qui a réclamé une « enquête approfondie » sur le tir.