Fêtes de Pâques: Pape François appelle à la Paix dans le monde

0
210

À l’issue de la messe de Pâques célébrée sous le soleil de la place Saint-Pierre, devant 100 000 fidèles, le Pape François a pris le chemin de la loggia centrale de la basilique pour impartir sa bénédiction «Urbi et Orbi», à la ville et au monde, ce dimanche 17 avril. Il a lancé appel à la paix pour toutes les régions du monde qui souffrent de conflits, notamment l’Ukraine martyrisée.

«Nos yeux sont incrédules, en cette Pâque de guerre», a regretté le Souverain Pontife, s’adressant au monde entier et aux dizaines de milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre, après la messe de Pâques«Nous avons vu trop de sang versé, trop de violence. Nos cœurs aussi se sont remplis de peur et d’angoisse, alors que tant de nos frères et sœurs ont dû s’enfermer pour se protéger des bombes».

Comme à son habitude, le Souverain Pontife a ensuite égrené les régions du monde en souffrance, en commençant par «l’Ukraine martyrisée»: «Puisse une nouvelle aube d’espoir se lever bientôt sur cette terrible nuit de souffrance et de mort ! Choisissons la paix. Arrêtons de montrer nos muscles pendant que les gens souffrent.».

Le Primat d’Italie suit depuis le début de la guerre de la Donbass en 2014 très attentivement la situation en Ukraine, «Allons-nous mettre fin à l’humanité, ou l’humanité renoncera-t-elle à la guerre ?», a-t-il demandé, faisant siens les mots du manifeste Russell-Einstein, paru en 1955 en pleine guerre froide. «Je porte dans mon cœur toutes les nombreuses victimes ukrainiennes, les millions de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur du pays, les familles divisées, les personnes âgées restées seules, les vies brisées et les villes rasées», a assuré François, avant d’avoir une pensée particulière pour enfants orphelins qui fuient la guerre et pour les enfants du monde entier «ceux qui meurent de faim ou du manque de soins, ceux qui sont victimes d’abus et de violence et ceux à qui on a refusé le droit de naître.»

Continuant sa bénédiction, l’évêque de Rome a ensuite appelé à la paix au Moyen-Orient : d’abord pour Jérusalem «Puissent les Israéliens, les Palestiniens et tous les habitants de la Ville Sainte, ainsi que les pèlerins, connaître la beauté de la paix, vivre dans la fraternité et accéder librement aux Lieux Saints dans le respect mutuel des droits de chacun.». Puis, pour les peuples du Liban, de Syrie et d’Irak, en particulier pour toutes les communautés chrétiennes vivant au Moyen-Orient, sans oublier la Libye, et le Yémen «qui souffre d’un conflit oublié de tous, qui continue de faire des victimes : que la trêve signée ces derniers jours redonne espoir à la population», a-t-il souhaité.

Le Pape François a aussi demandé au Seigneur le don de la réconciliation pour la Birmanie et pour l’Afghanistan. Le Souverain Pontife a par la suite déplacé son curseur sur le continent africain, où il est attendu début juillet au Soudan du Sud et en République Démocratique du Congo, «Que la paix règne sur l’ensemble du continent africain, afin que cessent l’exploitation dont il est victime et l’hémorragie provoquée par les attentats terroristes – notamment dans la région du Sahel – et qu’il trouve un soutien concret dans la fraternité des peuples».

Dans le cœur du Saint-Père également, l’Éthiopie «touchée par une grave crise humanitaire», la République du Congo, blessée par les violences, et les populations d’Afrique du Sud frappées cette semaine par inondations dévastatrices dans lesquelles sont mortes plus de 400 personnes.

Enfin, François a eu un mot pour les peuples d’Amérique latine, «qui, dans certains cas, ont vu leurs conditions sociales s’aggraver en ces temps difficiles de pandémie, exacerbés également par des cas de criminalité, de violence, de corruption et de trafic de drogue» et également pour le Canada, où il est invité à se rendre: «Demandons au Seigneur ressuscité d’accompagner le chemin de réconciliation que l’Église catholique canadienne suit avec les peuples autochtones», a-t-il déclaré. Enfin, chaque guerre entraîne des séquelles qui touchent toute l’humanité, a rappelé le Saint-Père, du drame des réfugiés en passant par la crise économique et alimentaire «Face aux signes persistants de la guerre, ainsi qu’aux nombreuses et douloureuses défaites de la vie, le Christ, vainqueur du péché, de la peur et de la mort, nous exhorte à ne pas céder au mal et à la violence», a-t-il souligné, avant une conclusion enthousiaste: «Laissons-nous envahir par la paix du Christ ! La paix est possible, la paix est nécessaire, la paix est la responsabilité première de tous !»