Immigration clandestine : Frape regrette et oriente la jeunesse vers les circuits de financement

0
162
La recrudescence de la traversée de l’Atlantique vers l’Europe, en quête d’un avenir radieux, n’est pas sans conséquence. Des centaines de Sénégalais ont perdu la vie, ces dernières semaines, dans ce phénomène dit «Barça ou Barsakh». Et dans ce lot, on dénombre des enfants et des étudiants. Une situation regrettable, selon le leader du Front d’action patriotique pour l’émergence (Frape) Awa Thiam.    
 
«’Barça ou Barsakh’ est un choix et malheureusement pour certains, leurs parents ont choisi ‘Barsakh’. D’autres ont préféré vendre leur fonds de commerce pour quitter leur emploi et même leurs études universitaires», se désole-t-elle dans un communiqué dont copie nous est parvenue.  
 
Le Frape dit stop à l’émigration clandestine et demande ainsi aux jeunes de s’orienter vers les institutions comme la Der et le Fongip.
 
«Faites des études de projet et demander des financements. Certains vous diront qu’il vous faut un ‘bras long’, sans essayer. Pour les élèves et étudiants, je demande de continuer vos études. Ayez une qualification. Le marché de l’emploi vous est ouvert. Ce passage à la pirogue est un suicide et pourtant, vous n’avez rien à envier à vos frères qui sont là-bas», soutient-elle.