Inde : le parti du Congrès poursuit sa grande marche pour «réunir l’Inde»

0
174

En Inde, les grandes figures du parti du Congrès marchent depuis le 7 septembre, du sud au nord du pays. Le parti de l’Indépendance a longtemps dominé la vie politique nationale, mais voit son influence se réduire face au BJP au pouvoir. Avec cette traversée de près de 4 000 kilomètres, le Congrès espère renouer avec les Indiens.

Avec notre envoyé spécial dans la région de Mysore, dans le Karnataka, Côme Bastin

Ce dimanche 2 octobre marque la célébration de l’anniversaire du Mahatma Gandhi. Le parti du Congrès fait étape à Badanavalu, un village symbole, ou Gandhi lança en 1927 une fabrique textile destinée aux plus basses castes.

Pawan Khera, responsable de la communication :

Des vagues de campagne de désinformation à l’égard du Congrès ont fini par convaincre une partie de la société. Il nous faut riposter. Parler haut et fort de notre histoire, de nos valeurs. Le Congrès se bat pour l’essence de l’Inde : l’unité dans la diversité. Le BJP, au contraire, cherche à imposer l’uniformité dans le pays – uniformité de langage, d’idéologie, de religion ou même d’alimentation !

À 15 heures, la marche se dirige vers la ville de Mysore, avec à sa tête Rahul Gandhi, que de nombreux villageois sont venus apercevoir.

Sangeeta Shah n’est pas membre du parti, mais veut participer.

J’arrive de Bombay, parce que je soutiens le mot d’ordre de la marche qui est de réunir l’Inde. Il est temps que ceux qui vivent confortablement comme moi, se soucient des personnes qui n’ont pas d’électricité et s’endorment la faim au ventre.

À 46 ans, Ashok Kumar est venu saluer son parti, mais semble résigné face aux prochaines élections.

Le BJP contrôle tout : la Cour suprême, la Commission électorale, les groupes extrémistes hindous qui distillent le poison de la division entre communautés.

La marche doit atteindre le Cachemire d’ici à 120 jours. Quatre mois, qui ont des allures de dernière chance, pour le parti du Congrès.