La réputation de Cheikh Yérim Seck à nouveau écornée

0
185

Cheikh Yérim Seck traîne des casseroles. Au moment où le journaliste –poursuivi pour diffamation– après avoir été cuisiné par la Gendarmerie est sur le point d’être déféré, son nom est cité dans une nouvelle affaire de mœurs, et pas des moins avilissante.

Nous apprenons de sources dignes de foi, que CYS a abusé et engrossé une fille mineure originaire de Touba. La victime est issue d’une grande famille religieuse très respectée au Sénégal. Pis, le journaliste a pris la poudre d’escampette lorsque la grossesse s’est révélée, fuyant ses responsabilités et d’éventuelles « remontrances ».

Si l’affaire a échappé à la presse jusqu’à présent, c’est parce qu’elle a été diplomatiquement étouffée par l’un des grands notables de ladite famille religieuse. Troisième victime connue de Cheikh Yérim Seck qui a l’air de se complaire dans son vice.

En effet, il avait déjà été condamné pour viol, ce qui lui avait valu un séjour à la prison de Rebeuss, avant d’être affranchi par une grâce présidentielle. Auparavant, Cheikh Yérim Seck –qui au passage est un brillant journaliste– avait été licencié de la rédaction de « Jeune Afrique » lorsqu’il a été accusé dans une rocambolesque affaire d’agression sexuelle sur la fille d’un diplomate guinéen.

Pendant qu’il croupit entre les mains de la Section de Recherches, ses graves révélations sur l’affaire Batiplus, lors de sorties télévisées, défraient la chronique. Si les allégations du journaliste s’avéraient, la justice sénégalaise serait plongée au cœur d’un énorme scandale impliquant de hautes autorités du pays.