Législatives en Algérie : test de légitimité pour Abdelmadjid Tebboune

0
315

Le mot d’ordre du scrutin législatif est martelé depuis plusieurs semaines : la nouveauté ! Le rendez-vous électoral du 12 juin 2021 permettra-t-il réellement de tourner la page des anciennes pratiques du pouvoir ?

Seuls quelques mois se sont écoulés depuis l’expression de la volonté présidentielle de tenue d’élections législatives. Organisées le samedi 12 juin 2021, elles sont les premières depuis le départ forcé d’Abdelaziz Bouteflika, en 2019. Abdelmadjid Tebboune n’entend pas retarder ses échéances fixées pour la conduite de son mandat, même si sa victoire électorale le 12 décembre 2019 n’a pas mis un terme au Hirak,

Il peut compter sur l’essoufflement d’un mouvement populaire divisé et désormais durement réprimé depuis plusieurs semaines. Le rendez-vous électoral est censé marquer une nouvelle rupture avec l’ère Bouteflika. Les listes indépendantes se sont ainsi multipliées durant la campagne.

La promesse de réforme est dans toutes les bouches. Le FLN, parti de l’ex-président Bouteflika, s’engage à « se renouveler », Abderrazak Makri, patron du Mouvement de la société et la paix (MSP, de tendance islamiste) perçoit ces élections comme « une occasion pour changer l’environnement politique »