Les détails du rapatriement de la dépouille de Bouba Diop

0
152

La dépouille de l’ancien footballeur international sénégalais, Pape Bouba Diop décédé en France dimanche dernier, sera rapatriée au Sénégal vendredi. L’État a tout pris en charge et travaille sur l’hommage à lui rendre.

Le Sénégal va rendre à Pape Bouba Diop l’hommage posthume qu’il mérite, en reconnaissance à tout le bonheur procuré à tout un pays en 2002. Pour le héros de la première victoire des Lions au Mondial qu’il a été, pour le modèle de footballeur qu’il a incarné toute sa vie, Bouba aura la reconnaissance de la Nation. L’Etat ne lésinera pas sur les moyens. Déjà, le gouvernement du Sénégal a décidé de rapatrier la dépouille du meilleur buteur sénégalais à une phase finale de la coupe du monde de football, rappelé à Dieu dimanche dernier, à l’âge de 42 ans en France. Une façon de permettre aux férus du football de rendre un vibrant hommage à Bouba Diop dans sa ville natale, Rufisque. Sur instructions du chef de l’État, le ministère des Affaires étrangères et le département en charge des sports ne ménagent aucun effort pour rapatrier le corps de Bouba Diop vendredi prochain. Ce sera l’occasion d’exaucer un vœu du défunt : rentrer au bercail. Alors qu’il luttait contre la maudite maladie de Charcot, Pape Bouba Diop, sans doute émoussé par l’ardeur du combat, avait fini par se convaincre que s’il rentrait au pays, il aurait peut-être la chance de guérir. Son frère, Alioune Diop, avait soufflé l’idée à El Hadji qui s’était chargé de voir la faisabilité avec le chef de l’Etat. Le Président Macky Sall, très sensible à cette cause, avait déjà pris l’engagement de mettre à disposition un avion médicalisé. Le temps ne laissera pas à Bouba la possibilité de rentrer au bercail pour y souffler son dernier soupir. Mais son match d’adieu se jouera bien sur ses terres.

La levée du corps jeudi à 11h30 à Lens

Joint au téléphone, Moïse Sarr, ministre, secrétaire d’Etat auprès des Sénégalais de l’extérieur, confirme avoir travaillé en étroite collaboration avec son homologue des Sports, Matar Bâ, de l’ambassade du Sénégal en France pour l’organisation du rapatriement. «Nous sommes fréquemment en contact avec la famille de Bouba Diop. J’ai personnellement parlé à sa femme au téléphone. Le ministre Matar Bâ est également régulièrement en contact avec elle. L’État suit, accompagne, facilite et prend tout en charge. A l’absence de l’ambassadeur qui était au Sénégal, la vice-consul, Madame Mbacké qui gère l’intérim, était au cœur de la mise en place du dispositif», explique Moïse Sarr. Selon le secrétaire d’Etat auprès des Sénégalais de l’extérieur, la levée du corps est prévue le jeudi, à Lens (France), à 11h30. L’ambassadeur du Sénégal en France va diriger la délégation qui sera constituée des diplomates (ambassade et consulat). Selon le ministre Moïse Sarr, après la levée du corps, la dépouille sera transportée à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle où elle va passer la nuit. C’est le lendemain vendredi 4 décembre que le corps sans vie du Lion va décoller de Roissy, par le vol Air Sénégal de 10 h 40 pour atterrir au Sénégal à 15h25. Huit (8) membres de la famille de Pape Bouba Diop ou accompagnateurs seront à bord du vol.

Un hommage digne de son rang

L’État ne se limitera pas à rapatrier la dépouille de l’homme qui avait permis au Sénégal de battre, à la surprise générale, l’équipe de France (0-1) au match d’ouverture du Mondial 2002, il compte également lui rendre un hommage posthume mérité. «L’État va lui organiser un hommage digne du rang d’un héros de la nation. Le ministère des Sports travaille sur le format et tout», informe un collaborateur du ministre Matar Bâ.

La ville de Rufisque s’aménage déjà pour accueillir la prière mortuaire qui devrait avoir lieu à la mosquée des HLM de la vieille ville où le héros va se reposer à jamais.

Premier buteur de l’histoire de son pays en Coupe du Monde, l’ancien milieu de terrain, décédé ce dimanche de la maladie de Charcot, a joué à Saltigué (Rufisque), au Jaraaf de Dakar, avant de s’expatrier en 2000 en Suisse, puis en France à Lens (2002 à 2004), en Angleterre (Fulham, Portsmouth -West Ham). S’il devait sa réussite à son talent et son sérieux, sa renommée planétaire doit beaucoup à son but contre la France, en match d’ouverture de la coupe du monde 2002.