L’UE envoie une mission en Arménie pour aider à délimiter les frontières avec l’Azerbaïdjan

0
115

L’Union européenne va envoyer une « mission civile » en Arménie, le long de la frontière avec l’Azerbaïdjan, pour « établir la confiance » entre les deux pays et contribuer à la délimitation des frontières, ont annoncé, vendredi 7 octobre, les parties prenantes à l’issue d’une réunion quadripartite avec la France à Prague.

La mission de l’Union européenne en Arménie « débutera en octobre pour une durée maximale de deux mois. L’objectif de cette mission est d’établir la confiance et, par ses rapports, de contribuer aux commissions de délimitation des frontières », relève une déclaration conjointe publiée à l’issue de discussions entre le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, le chef d’État français Emmanuel Macron et le président du Conseil européen Charles Michel.

Facilitation et copération

« L’Arménie a accepté de faciliter la mise en place de (cette) mission » et « l’Azerbaïdjan a accepté de coopérer avec cette mission pour ce qui le concerne », poursuit la déclaration conjointe. Les quatre responsables se sont réunis pendant plusieurs heures, jusque tard dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 octobre, en marge du premier sommet de la Communauté politique européenne à Prague. « L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont confirmé leur attachement à la Charte des Nations unies et à la déclaration d’Alma Ata de 1991, par laquelle ils reconnaissent mutuellement leur intégrité territoriale et leur souveraineté », souligne la déclaration commune.

« Ils ont confirmé qu’elle servirait de base aux travaux des commissions de délimitation des frontières et que la prochaine réunion des commissions aurait lieu à Bruxelles d’ici fin octobre », est-il précisé. Les accords d’Alma Ata (ou Almaty au Kazakhstan) ont acté la création de la Communauté des États indépendants (CEI), qui rassemble d’ex-républiques soviétiques, dont l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Le rôle des États-Unis et de l’Union européenne

En septembre 2022, au moins 286 personnes ont été tuées dans des affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, les pires combats entre ces deux voisins du Caucase depuis leur guerre de 2020. Le contentieux porte sur le sort du Haut-Karabakh, une enclave peuplée d’Arméniens en Azerbaïdjan, mais aussi sur la délimitation des frontières entre les deux pays. Alors que Moscou est de plus en plus isolé sur la scène internationale depuis le début de son offensive en Ukraine fin février, les États-Unis et l’Union européenne ont pris un rôle majeur de médiateurs dans le processus de normalisation entre Bakou et Erevan.