Site icon Senbataxal

Mali : Des organisations africaines condamnent «les décisions iniques et scélérates des chefs d’État de la CEDEAO»

Halte à l’agression du peuple malien en lutte ! Tel est le cri du cœur de beaucoup d’organisations africaines, suite aux sanctions infligées au Mali. Dans un communiqué sur le Mali dont le Frapp, Y’en a marre et bien d’autres mouvements sénégalais sont aussi signataires, on peut lire : «Les peuples africains suivent avec intérêt et admiration l’aspiration légitime à la liberté et à la dignité en cours sur les vastes terres de Soundiata et Modibo Keïta.»

A les en croire, «au-delà des réserves que l’on peut nourrir vis-à-vis de la junte au pouvoir sur la durée de la transition et la gestion des affaires publiques, elles sont conscientes que la lutte actuelle du vaillant peuple malien s’inscrit en droite ligne de celle des pères fondateurs de l’unité africaine. L’avenir d’une Afrique libre et souveraine en dépend».

À ce titre, ces mouvements citoyens, partis politiques et personnalités d’Afrique et de sa diaspora condamnent «les décisions iniques, indignes et scélérates des chefs d’État de la CEDEAO ; engagent la CEDEAO à lever dans les plus brefs délais cet embargo sur le peuple frère du Mali ; assurent le peuple malien de la solidarité et du soutien indéfectible des masses silencieuses africaines».

«Nous engageons tous les Africains épris de paix et de liberté à se mobiliser pour exprimer leur solidarité au peuple malien en lutte pour la renaissance de leur souveraineté et rappelons la priorité que constitue la lutte contre le terrorisme et les forces obscurantistes qui endeuillent le Mali, les pays du Sahel et menacent de disloquer les sociétés africaines», soulignent-ils.

Avant de poursuivre : «Nous pressons les États africains, les peuples d’Afrique, les élites en particulier, à prendre toute leur part à la bataille historique pour la libération du Mali, du Sahel et de l’Afrique. Enfin, si la CEDEAO persiste à punir le peuple malien pour ces considérations politiques, nous braverons cet embargo en ralliant le Mali, pour participer aux mouvements de protestation à Bamako.»

Ces organisations préviennent qu’une synchronisation de ces manifestations se fera partout dans le monde devant les ambassades en soutien au Mali.

Quitter la version mobile