Mounirou Ndiaye, économiste : « Il faut revoir le seuil de la pauvreté »

0
157
Le dernier rapport l’Agence nationale de la statistique et de la démographie(ANS) sur la pauvreté continue d’alimenter les débats surtout avec la sortie du ministre Amadou Hott. Seulement, selon Mounirou Ndiaye, enseignant-chercheur à l’université Iba Der Thiam de Thiès, Il faut noter qu’on parle de pauvreté monétaire et il faut 01 à 02 dollars par jour pour vivre convenablement.
 
En effet, note l’invite de l’émission Objection sur Sud Fm, 02 dollars qui font 1100 f CFA ne constituent pas le bon seuil. « Il faut revoir les choses parce que même 5 dollars par jour ne permettent pas de vivre. Il faut revoir les déterminants de la pauvreté. Si on redéfinit les seuils, on se rend compte que beaucoup plus de Sénégalais sont pauvres ».
 
 Selon lui, a  l’issue du programme prioritaire  lancé  en 2018 dans le cadre du plan Sénégal émergent, le Sénégal était dans une bonne dynamique de croissance. De 4,2% en 2014, nous sommes passés à 7% en 2019. Ceci fait une moyenne de croissance  de 5% sur le plan macroéconomique. Alors que la période 2018-2011 était caractérisée par des taux de croissance beaucoup plus moindre avec une moyenne de 3%. « Il faut dire que la pauvreté avait chuté jusqu’à 38% environ. Aujourd’hui le contexte de la pandémie a eu son effet. Le dernier rapport publié par l’Ansd  avec six  (06) millions de Sénégalais qui sont dans la pauvreté mais un taux de pauvreté quand même qui a baissé sur le plan des statistiques trouve son explication sur les seuils fixes », dit-il.
 
 Et d’ajouter : « Il y a deux choses, une embellie sur le plan macroéconomique, de l’autre il y a la réalité sur le terrain. Si on dit  que sur 17 millions de Sénégalais seulement six  millions sont pauvres, ça peut inciter à une réflexion pour redéfinir la pauvreté ». Toutefois, il ne faut pas selon lui,  oublier les efforts de l’Etat dans ce domaine avec les bourses de sécurité sociale, la Cmu et des projets d’infrastructures qui commencent à avoir leurs effets.