Présidentielle de 2024 dans le Fouta : Benno Bokk Yakaar et Yewwi Askan Wi déjà au front

0
26
A quelques encablures des élections de 2024, le champ politique foutankais est de plus en plus animé et le combat pour la présidentielle se vit déjà dans cette zone située dans le nord du pays, jusque-là estampillée comme étant « le titre foncier » du président de la république Macky Sall où Benno Bokk Yakaar et Yewwi Askan Wi s’adonnent à la mobilisation et à la sensibilisation de l’électorat
 
Malgré la simultanéité de sentiments opposés sur une troisième candidature du président de la république Macky Sall, Yewwi Askan Wi et Benno Bokk Yakaar s’adonnent à la mobilisation et à la sensibilisation de l’électorat. Dans le département de Matam, où une assemblée générale de la coordination de l’Alliance pour la république de l’arrondissement des Agnam a servi d’occasion au député maire Farba Ngom, de s’exprimer sur la troisième candidature du chef de l’Etat à l’élection présidentielle de 2024, le coordonnateur départemental de la coalition Benno Bokk Yakaar, s’est vivement épanché sur la question. Avant de déclarer sans ambages, que « la candidature du président portait les attributs d’une obligation prescrite par l’ensemble des militants et sympathisants, que Macky Sall le veuille ou non ». Un appel au combat à travers lequel, le député maire des Agnam, après avoir sonné la charge, a exhorté « les militants et responsables politiques à accompagner les populations à s’enregistrer à l’état-civil lors des journées d’audiences foraines prévues au début du mois de janvier pour atteindre plus de 250 mille électeurs inscrits sur les listes électorales pour le département de Matam». 
 
Farba, qui a fait de la massification du parti ses priorités, multiplie depuis lors, ses sorties sur le terrain en parrainant ou en présidant des rencontres politiques.  Histoire de requinquer les troupes ! Et sur l’agenda, les différentes sommités de l’APR, ont convenu de se retrouver autour d’un meeting de « Saargal de Macky Sall », le 28 janvier prochain afin de procéder à « l’investiture du président Sall ». Initiée par l’actuel Dage du ministère de la justice, Abdoulaye Sy, la rencontre politique qui plaide en droite ligne d’avec la remobilisation des militants, se caractérise déjà par l’important accompagnement des sommités politiques apéristes du coin, du fait qu’elle sera marquée par la présence des autorités territoriales, des hauts conseillers, des directeurs généraux et des cadres de l’Alliance Pour la République.
 
Face aux sorties des responsables apéristes qui ont fini d’acter la candidature de leur mentor à la prochaine élection présidentielle de 2024, l’opposition ne croise pas les bras. Yewwi Askan Wi à partir de ses démembrements sur le terrain est en train de marquer sa présence dans des zones jusque-là intégralement acquises à la cause du parti au pouvoir. A tout point de vue, la coalition dirigée par Ousmane Sonko est bien présente à Bokidiawé, Matam, Nabadji Civol, entre autres localités où les résultats aux dernières élections ont été importants.
 
Convaincue que l’actuel chef de l’État va briguer un troisième mandat, l’opposition multiplie les stratégies pour mettre en échec ce projet. Le séjour de Aida Mbodji, membre  de la conférence des leaders de la coalition Yewwi Askan Wi il y’a quelques jours dans le village de Dondou (commune de Bokidiawé), se couvre de multiples interprétations. Officiellement annoncée comme une visite de « raffermissement des liens entre les parents de la famille Mbodji » du département de Podor et celui de  Matam, les activités du responsable politique ne se sont pas arrêtées tout juste à (corroborer des liens de parenté). Des témoignages concordants, stipulent que « la responsable politique a bien réussi à s’adjuger un plénipotentiaire dans la localité ». Un point focal chargé de la vente des cartes, ce malgré, informe-t-on, « les rigoureuses injonctions des dignitaires apéristes du village » qui avaient opposé un niet catégorique à toute activité politique.
 
En l’état, c’est déjà une bataille gagnée par l’opposition dans cette partie du Fouta, surtout dans la commune de Bokidiawé où Banta Wagué, le coordonnateur de YAW, se fixe le crédo de casser le « titre foncier de Macky Sall ». Même si par endroits, le parti des Patriotes africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) a subi en dernier lieu des défections au niveau de ses rangs. En l’occurrence au niveau du quartier populeux de Darou Salam dans la ville de Bokidiawé où le directeur général de l’ARTP Abdoul Doudou Ly avec l’implication d’un jeune responsable du mouvement associatif, a réussi à débaucher plusieurs jeunes du Pastef.