Qui sont les candidats déclarés ou pressentis à la présidentielle de 2022 ?

0
226
Qui sera sur la ligne de départ de l’élection présidentielle française en avril 2022 ? Certains candidats se sont déclarés tôt, et des primaires devraient prochainement éclaircir la situation. Mais il reste encore de nombreuses zones d’ombre, avec des personnalités politiques qui laissent planer le doute. Tour d’horizon.

À un peu moins de sept mois du premier tour de l’élection présidentielle 2022, les manœuvres ont déjà démarré pour prendre la succession d’Emmanuel Macron. Treize candidats ont officialisé leur candidature et entamé leur campagne. Ils sont une dizaine, parmi ceux ayant annoncé leurs intentions, à devoir être départagés à l’occasion de primaires, qui, pour la plupart, se tiendront prochainement. D’autres affûtent leurs armes et laissent courir la rumeur, à commencer par le président sortant, Emmanuel Macron.

Seule certitude, tous ne seront pas sur la ligne de départ le 10 avril 2022, lors du premier tour. En effet, ils devront auparavant avoir collecté au moins 500 parrainages d’élus, une tâche difficile notamment pour les candidats qui ne bénéficient pas de l’appui d’un parti ancré électoralement ni territorialement.

Les candidats déclarés

François Asselineau (Union populaire républicaine), 63 ans. Après une neuvième place lors de la présidentielle de 2017 (0,92 % des suffrages exprimés), le souverainiste, qui prône un « Frexit », a fait part très tôt de sa nouvelle candidature lors d’un débat pour les élections européennes en avril 2019.

François Asselineau

Marine Le Pen (Rassemblement national), 53 ans. Candidate aux élections présidentielles depuis 2012, présente au second tour pour la première fois en 2017 (21,30 %), la députée du Pas-de-Calais, qui va temporairement céder la présidence de son parti, a déclaré son intention d’accéder à l’Élysée dès janvier 2020.

Marine Le Pen

Jean-Frédéric Poisson (VIA, la Voie du peuple), 58 ans. Candidat malheureux à la « primaire de la droite et du centre » de 2016, le dirigeant de la formation anciennement nommée « Parti chrétien-démocrate » a cette fois directement déclaré sa candidature à l’élection présidentielle en juillet 2020.

Jean-Frédéric Poisson

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), 60 ans. Le député de l’Essonne a déclaré en septembre 2020 sa troisième candidature à une présidentielle, après 2012 et 2017 (4,70 % des suffrages lors du dernier scrutin). Celui qui se dit « gaulliste » souhaite notamment relocaliser des emplois, baisser les charges salariales et supprimer le droit du sol.

Nicolas Dupont-Aignan

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), 70 ans. Candidat en 2012 et en 2017, élection à laquelle il a fini quatrième (avec 19,58 % des voix), le député des Bouches-du-Rhône a officialisé sa candidature en novembre 2020. Le leader de la gauche radicale, qui veut réaliser « l’union populaire », défend notamment une « VIe République ».

Jean-Luc Mélenchon

Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), 51 ans. Déjà candidate lors des deux précédents scrutins présidentiels (0,64 % des voix en 2017), l’ancienne conseillère municipale de Vaulx-en-Velin est désignée lors du congrès de son parti en décembre 2020 pour « porter la présence du courant communiste révolutionnaire » à l’élection présidentielle.

Nathalie Arthaud

Xavier Bertrand (divers droite), 56 ans. Le président de la région Hauts-de-France, ex-ministre du Travail sous Nicolas Sarkozy, a officialisé sa candidature en mars 2021. Ancien membre des Républicains, il refuse pour l’heure de passer par une primaire de droite.

Xavier Bertrand

Jean Lassalle (Résistons !), 66 ans. Candidat en 2017 (1,21 % des suffrages), le député des Pyrénées-Atlantiques, ancien berger, a réitéré sa volonté de se présenter dès mars 2021. Connu pour sa grève de la faim en 2006 pour empêcher le départ de l’usine Toyal de la vallée d’Aspe et son tour de France à pied en 2013, il veut incarner « la joie » en 2022.

Jean Lassalle

Fabien Roussel (Parti communiste français), 52 ans. Le député du Nord va porter les couleurs de son parti – qui n’avait plus présenté de candidat depuis 2007 – après avoir été désigné par un vote interne des adhérents en mai 2021. « Affronter la finance », « s’attaquer à l’évasion fiscale », ou encore « relancer les filières industrielles » font partie des priorités du secrétaire national du PCF.

Fabien Roussel

Florian Philippot (Les Patriotes), 39 ans. L’ancien numéro 2 du Front national a annoncé sa candidature en juillet 2021. Farouche opposant au passe sanitaire, l’ancien conseiller régional du Grand Est entend « rétablir toutes [les] libertés » face à un régime politique qu’il juge « tyrannique ».

 

Florian Philippot

Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), 54 ans. Pour la troisième fois consécutive, le conseiller municipal de Bordeaux et ancien ouvrier de Ford sera présent à une élection présidentielle (1,09 % en 2017), après avoir été choisi en août 2021 par le NPA pour incarner « la nécessité de s’affronter à ce système […] et de défendre une société libérée de l’exploitation et des oppressions ».

Philippe Poutou

Arnaud Montebourg (divers gauche), 58 ans. L’ancien ministre « frondeur » de l’économie sous François Hollande a acté sa candidature le 5 septembre 2021, lors d’un discours dans sa ville natale de Clamecy (Nièvre). Il ne compte pas participer à la primaire interne du parti socialiste qu’il a quitté. Promoteur de la « démondialisation » et du « Made in France », il veut prendre la tête d’un « bloc populaire » au-delà des partis.

Arnaud Montebourg

Anne Hidalgo (Parti socialiste), 62 ans. La maire de Paris, qui ne voulait pas entendre parler de l’Élysée, a longuement mûri sa décision avant de se présenter à sa première élection présidentielle. Elle a officialisé sa candidature dimanche 12 septembre, et a choisi Rouen pour démontrer que, durant les huit prochains mois, elle s’adressera à la France entière et qu’elle était en phase de « déparisiannisation. »

Anne Hidalgo

Les candidats à départager

Primaire écologiste : cinq candidatures ont été validées pour la primaire écologiste qui se déroulera du 16 au 19 septembre, puis du 25 au 28 septembre 2021. Celles de l’ancienne ministre de l’Écologie Delphine Batho (Génération écologie), du conseiller municipal niçois Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste indépendante), du député européen Yannick Jadot (EELV), du maire de Grenoble Éric Piolle (EELV) et de l’économiste « écoféministe » Sandrine Rousseau (EELV).

Primaire des Républicains : cinq candidats ont annoncé leur souhait de participer à une primaire de droite : le négociateur de l’Union européenne pour le Brexit Michel Barnier, le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, le médecin et maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) Philippe Juvin, l’entrepreneur « libéral » Denis Payre et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse.

Primaire des socialistes : Anne Hidalgo a reçu le soutien de nombreux élus socialistes qui lui ont permis de se déclarer candidate. Elle semble donc la mieux placée pour remporter cette primaire même si Stéphane Le Foll, proche de François Hollande et ancien ministre de l’Agriculture, croit toujours en ses chances.

Les candidats potentiels

Emmanuel Macron (La République en marche), 43 ans. Le chef de l’État reste discret sur ses intentions, comme l’ont fait avant lui les présidents de la République sortants, qui se déclarent tardivement. D’ores et déjà, il pourra bénéficier du soutien d’Édouard Philippe, son ancien Premier ministre.

Emmanuel Macron sera-t-il candidat à sa propre succession ?

Éric Zemmour (journaliste politique), 63 ans. Ses ambitions présidentielles sont régulièrement évoquées, mais le chroniqueur n’a pas encore officiellement déclaré sa candidature. Il est généralement placé à l’extrême droite sur l’échiquier politique.

Éric Zemmour