Rufisque: Quand le maire et ses collaborateurs sont accusés à tort

0
640

Suite à ce qu’ils appellent une “calomnie” diffusée dans la presse , des amis du maire de la Ville de Rufisque montent, au créneau pour remettre les choses a l’endroit.

Les “nombreux voyages” du maire Daouda Niang et ses collaborateurs décrits comme une “bamboula” dans un article de presse paru la semaine dernière, sont diversement appréciés par la population de la ville.. Pour certain l’auteur de l’article a juste effleuré la question, tant la gabegie est profonde dans la mairie de Rufisque. ” Ces voyages que l’on justifie par les besoins de la coopérations décentralisée n’ont pas un impact positif dans le développement de la ville. On y engloutit des masses d’argent énormes sans aucun résultat, alors que les demandes de bourses des étudiants rufisquois restent enfouis dans les tiroirs” s’offusque un retraité de l’institution sous le couvert de l’anonymat.

Prenant son contre-pied,  D. Sarr un habitant du quartier Mérina ,dans la commune de Rufisque Est soutient, que les voyages du maire se justifient par le souci de ce dernier, de répondre à la confiance que ses mandants placent en lui. ” La coopération décentralisée occupe une place importante dans la construction du développement de notre ville et pour cette raison le maire doit voyager et beaucoup voyager pour nouer des partenariats dans tous les domaines qui intéressent le développement de notre ville.. Ce déplacement en Chine, il l’a fait pour rencontrer des partenaires de ce pays qui ont d’ailleurs séjourné à Rufisque pour travailler sur un important projet qui verra bientôt le jour ici.  C’est pour sa finalisation que Daouda Niang a fait ce voyage qui n’a rien d’une bamboula.” assène t-il.  Très au fait des activités de la mairie, notre interlocuteur expliquer que  le récent  voyage du Secrétaire général et du Dage de l’institution  en Arabie Séoudite s’inscrivait dans leur  participation à un séminaire, sur la finance islamique organisé par le CIFCA (Centre international de formation et de conseils appliqués) organisé dans ce pays du 22 au 28 mai courant. Quant aux secours il dit en avoir bénéficié comme tout rufusquois indigent qui en fait la demande à la mairie.

Vibrant bplaidoyer pour Ibrahima Ndiaye Sall

Apparemment proche du Dage de la mairie , monsieur Sarr se faisant l’avocat de ce dernier se laisse dire: ” Je partage le même quartier avec Ibrahima Ndiaye Sall et franchement je trouve très méchant cette calomnie qu’on lui fait. Pour la simple raison qu’il le Dage de la mairie, certains individus mal intentionnés en font une cible. Même s’il porte une nouvelle chemise on le désigne d doigt.  Ce n’est pas sérieux et il faut arrêter. En tant que voisins nous ne lui connaissons aucune richesse démesurée comme essaient de le faire croire certaines mauvaises langues. Comme tous les cadres de son âge, il a une maison où il vit avec sa famille et assure les trois repas quotidiens comme tout le monde. Pourtant il pouvait bien profiter de sa position de Dage, comme on le fait ailleurs pour accaparer des biens; mais il a préféré vivre humblement dans la solidarité avec la population de son quartier. Il ne fait oas partie de ceux qui une fois qu’ils sont responsables dans les institutions municipales s’affairent dans la vente de terrains et autres actes délictuels pour s’enrichir.”