Un élevé en auto-école heurte mortellement un garçon de 2 ans

0
156
S’inclinant devant la mémoire du garçon de deux ans, le parquet s’est opposé à la demande de mise en liberté provisoire formulée par la partie civile. Du fait de la gravité des faits avec la perte de vie humaine, le tribunal a rejeté cette demande. Selon le Témoin, l’affaire est renvoyée au 23 novembre prochain.